Les « antifascistes » belges : fumisterie totale

Résistances, le fameux observatoire de l’extrême-droite bla bla bla…est une vaste fumisterie. Démonstration en 6 points !

Fumisterie 1 : il s’agit d’une initiative citoyenne

Résistances n’est plus ni moins qu’un supplétif des forces de répression du système politique. La sorte de fichage public appliqué par Résistances sur son site doit en effet être un précieux apport pour les services de renseignement du pays. N’oublions pas que son principal animateur est fonctionnaire au Centre pour l’égalité des chances, véritable inquisition moderne toute dévouée, avec l’argent public, à la lutte contre la « bête raciste ». Le second but de Résistances est d’être une sorte de banque de données pour des journalistes, de moins en moins travailleurs, trop contents de trouver des informations brutes qu’ils ne font même plus l’effort de recouper. Ainsi Résistances influence tous les articles parus dans la grande presse sur l’extrême-droite. Enfin, Résistances sème rumeurs, contre-vérités et approximations dans le but de provoquer tensions et problèmes internes au sein de la famille nationaliste.

Fumisterie 2 : ils sont des experts de la question

L’équipe de Résistances aime beaucoup se présenter comme des experts de l’extrême-droite. Des experts du fichage, peut être mais pour ce qui est de l’analyse, c’est beaucoup moins brillant. Quelques exemples concrets repris d’un ancien article du site du mouvement NATION : http://www.nation.be/web/article.php3?id_article=941#comms 

En juillet 2001, Résistances publie un article intitulé « Le mouvement Nation décapité ? » où il annonce, déjà à l’époque, la fin imminente du mouvement suite à des actions policières. C’était il y a 7 ans ! Dans le même article, on cite Alain Escada, alors directeur du journal Polémique, comme un des nombreux adversaires que NATION aurait au sein de la famille nationaliste. Aujourd’hui, les mêmes le présentent comme leur partenaire politique privilégié. Faudrait savoir ? En mars 2004, rebelote. Résistances titre : « Le mouvement Nation : au bord de l’implosion » et explique que les départs ne font que commencer et que NATION est un groupuscule en voie de disparition. Un mois après, NATION organise un colloque devant une centaine de personnes… D’autres perles de 2004 : « Le leadership d’Hervé Van Laethem serait même remis en cause par certains de ses propres « lieutenants ». Tout le monde sait dans la famille politique nationaliste et identitaire a quel point, Hervé Van Laethem est détesté au sein du Mouvement NATION. « Nation se vide désormais de l’intérieur. Maintenant, les tensions et les rivalités internes se font de plus en plus savoir à l’extérieur du mouvement. » Depuis cette époque, ce sont des dizaines d’actions et de réunions qui se sont déroulées avec comme point d’orgue la 2è fête de l’identité en novembre 2005 qui rassembla 160 personnes ou encore le rassemblement en la mémoire de Joe qui rassembla près de 200 personnes en pleine gare centrale. Pas mal pour un mouvement « qui se vide de l’intérieur » Le meilleur, que nous avons gardé pour la fin, est sans nul doute le dossier sur les élections communales de 2006 dans lequel Résistances prétendait prévoir ce qui allait se passer. « A Bruxelles, leurs listes (du FN, ndlr) seront par exemple bien moins nombreuses que celles du Front des Bruxellois, un nouveau parti fondé il n’y a pourtant que quelques mois par Paul Arku, député régional dissident du FN. » – « Le Front des Bruxellois semble donc bien mieux implanté à Bruxelles que ne le sont ses concurrents directs. Sa force militante leur serait supérieure. » – « Ailleurs, les listes de ce front rassembleront à chaque fois une dizaine de candidats. Paul Arku affirme pour sa part que le FDB est constitué de plusieurs centaines d’affiliés. » Le FDB aura 1 seule liste, à Evere, et aucun élu… On ne sait pas qui a été au resto avec qui mais ça a dû être dans un bon… « La représentativité de Force nationale, une autre scission, menée par le sénateur ex-FN Francis Detraux et une dizaine d’anciens responsables de sections du parti de Féret (dont trois députés régionaux), est également bien plus importante que celle du Front national. A Bruxelles et en Wallonie, FNationale a déjà réussi à implanter une bonne dizaine de sections locales. Cette présence lui permet dorénavant de pouvoir déposer plus de listes électorales que son ennemi juré. » Force Nationale aura moins de listes et en définitive beaucoup moins d’élus que Féret et connait déjà ses “premières scissions.  A noter enfin qu’une des icônes de la rédaction de Résistances, Hugo Ghijsels avait en son temps été d’interdit d’antenne à la radio flamande qui avait trop de procès suite à des déclarations fantaisistes de la part de l’intéressé.

Fumisterie 3 : Résistances est pluraliste

 La majeure partie des activités et conférences de Résistances se déroulent en collaboration avec le PS, la FGTB, l’Institut Emile Vandervelde (IEV, service d’études du PS). Et lorsque ce n’est pas le PS, c’est dans des milieux de gauche et exclusivement de gauche. Pour s’en assurer, il suffit de visiter l’historique que Résistance a écrit lui-même http://www.resistances.be/resistdix04.html

Quelques autres exemples de publicité « entre camarades »

Communiqué du PS

http://www.resistances.be/israel02.html

Hommage à Jacques Yerna, membre du PS

http://www.resistances.be/yerna05.html

Publicité pour Philippe Moureaux

http://www.resistances.be/moureaux.html

http://www.resistances.be/legal.html

Pub pour député PS André Frédéric

http://www.resistances.be/sciento11.html

Publicité pour une brochure du PS

http://www.resistances.be/tolerance.html

Publicité pour Yvan Mayeur, député PS

http://www.resistances.be/mayeur.html

Fumisterie 4 : Résistances est contre tous les extrémistes

A voir. En effet, son principal animateur a milité dans les années 80 aux Jeunes Gardes Socialistes ; organisation de jeunesse de la Ligue révolutionnaire des Travailleurs (devenu POS en 1984 pour finir sous le nom LCR Belgique en 2007). Cette mouvance d’extrême gauche, révolutionnaire comme son nom l’indique, est reprise sur la liste des organisations considérées comme subversives par les autorités belges. A ce jour, ni l’animateur en question ni la rédaction de Résistance n’ont publiquement pris leurs distances de cet engagement de jeunesse. Les millions de mort du communisme doivent moins compter pour eux que ceux du nazisme.

Fumisterie 5 : Résistances se préoccupe de tous les racismes

Oui et non. Oui, tous les racismes sont épinglés mais pas tous avec la même intensité. Faites un test sur le site Résistances et taper dans le moteur de recherche du site l’expression « racisme anti arabe », il est repris dans 16 articles ; taper le mot « islamophobie », il est repris dans 37 articles ; taper le mot « antisémitisme », il est repris dans 171 articles. S’il est de leur bon droit de se spécialiser dans la dénonciation de cette horreur que représente l’antisémitisme ; il serait sans doute plus déontologique de dire qu’il s’agit de la priorité de cet observatoire. Ce qui interpelle également est l’absence du moindre article dénonçant le racisme dont souffrent les populations arabes et palestiniennes de la part des colons et des extrémistes sionistes.

Fumisterie 6 : Le travail de Résistances est couronné par des prix

Ainsi, Résistances a obtenu en 2005, le Prix Condorcet-Aron pour la Démocratie, dans la catégorie «association» et en 2006, c’est son coordinateur Manuel Abramowicz qui a reçu le prix du meilleur livre pour son ‘’Guide des résistances à l’extrême droite’’. Le problème est que l’intéressé est membre du Conseil Scientifique du Centre de recherche et d’études politiques qui est …l’ASBL qui décerne le prix Condorcet-Aron http://www.crep.be/ConseilSC.html

Evidemment, c’est plus facile d’être primé quand on donne soi-même le prix…