Le torchon brûle entre les anars et les trotskistes

La manifestation contre le NSV (étudiants nationalistes) qui s’est déroulée à Gand semble avoir encore augmenté les tensions entre les groupes anarchistes autonomes et des mouvements trotskistes comme le LSP-MAS, Blokbusters et autres admirateurs du dictateur raté Trotsky.

En effet, les premiers organisés en Black Bloc ont essayé de rejoindre le cortège nationaliste afin de provoquer la confrontation. Finalement, c’est aux forces de l’ordre que les « anars » se sont confrontés avec, en finale, 200 arrestations.

nopasaranid0.jpg

De l’autre côté, les extrémistes des Blokbusters s’en tenaient à une manifestation strictement légale, attirant ainsi les railleries des autonomes qui ne voient dans l’activisme « antifasciste » trotskiste qu’une tentative de récupération politicienne.

Témoin en est ce commentaire puiblié sur des forums gauchisants :

« le gentil cortège des Blokbusters n’avait comme seule finalité que de vendre les journaux, les pin’s et autre insignes d’un parti politique.  De la même manière, on vous y expliquait finalement que la seule vraie manière de combattre le fascisme était de…rejoindre le parti en question… »

De leur côté, les sympathisants trotskistes ne se gènent pas pour reconnaître eux-mêmes sur les forums, le côté agressif et armé d’une partie des manifestants « autonomes ».

Ambiance…

Ceci dit, nous trouvons un peu simple que les organisateurs de cette contre-manifestation ne se lave les mains des incidents perpétrés par les anarchistes. Car ce sont en effet aussi les appels répétés à la haine anti-nationaliste, de la part de groupes comme les Blokbusters, qui ont une responsabilité morale dans les incidents de la soirée.

Les antifascistes et « démocrates » flamands à l’oeuvre

200 militants anarchistes, masqués et porteurs de bâtons, sont arrêtés par la police alors qu’ils essayaient de se confronter à une manifestation légale d’étudiants nationalistes à Gand le 6 mars dernier.