Bravo Thierry !

Décidément ces derniers temps, on n’arrête pas d’être épatés par la clairvoyance des me… (pardon, des militants) d’en face !

Ainsi Thierry Delforge, militant syndicaliste mais également de l’organisation « Secours Rouge » (ouvertement favorable à la lutte armée) et qui a participé à un « chat » qui a eu lieu sur le site du quotidien Le Soir.

Ce « chat », questions et réponses en ligne et en direct, mettait en scène Bertrand Sassoye, membre des CCC et assassin de deux pompiers en 1985 qui vient d’être récemment libéré après une nouvelle inculpation pour préparation d’actions terroristes.

C’est lors de ce « chat » que Thierry Delforge a écrit cette phrase toute simple, toute claire et toute vraie : « Soyons clair, la violence, c’est l’ABC du marxisme »

Chapeau bas, Thierry. Ta franchise nous touche. Tu as raison : ton idéologie est totalitaire, violente, elle a généré famines, répression, génocides et camps de concentration. Ton idéologie est un SIDA mental. C’est bien pourquoi, nous la combattons.

Juste pour info, Thierry Delforge a également collaboré au site Résistances qui prétend regrouper des défenseurs de la démocratie. Ils voulaient dire, de la démocratie populaire ?

La gloire, enfin !

Respect les gars ! Non quand c’est juste, c’est juste ! On ne peut nous soupçonner de sympathie pour Résistances, le site « observatoire spécialiste combattant de l’extrême-droite qu’il traque sans cesse avec ses super-limiers hyper courageux et super courageux ».

Mais l’article qu’il vient de consacrer à notre modeste blog est un super coup de pouce. Cela a fait monté nos visites en flèche !

Ainsi, grâce à eux, tous leurs potes antifa d’Europe auront pu profiter des articles où on se paye leurs propres têtes. Et de plus, vu qu’une grande partie de leurs visiteurs sont des sympathisants nationalistes curieux, ils ont bien fait connaître notre blog dans notre propre mouvance. Merci Manu !

Pour le reste, les fantasmes habituels : on les fiche, on les surveille, bref on se prépare à leur faire les pires atrocités. Déjà, les ficher,c’est pas nécessaire tant il est évident qu’à quelques exceptions prêt, c’est un seul et même rédacteur qui écrit tout : malgré les pseudonymes employés, on retrouve dans chaque article, le même style d’écriture et le même vocabulaire de masturbateur intellectuel avec des phrases du type « manque d’identité flagrante de ces « identitaires »(…) « l’extrême droite démontre ses problèmes endogènes d’identité ».

Et comme par hasard, un blog antifa du nord de la France nous conscre également un article annonçant que nous sommes tellement efficaces que nous avons réussi à « hacké la liste de diffusion des membres du réseau resistances.be et diffusé les coordonnées de centaines de « personnalités » univeristaires, politiques et associatives abonnés aux publications de resistances.be. »

Soulignons néanmoins que nous n’avons rien fait du tout : c’est tout simplement la rédaction de Résistances qui a oublié de mettre sa bien modeste liste de diffusion en copie cachée. Inutile donc  de rechercher des « fachos » super-bons en informatique quand il n’y a à voir qu’une gaffe de pieds nickelés de « l’anti-fascisme ». Pour le reste, excellent article vu  qu’ils dissuadent eux-même tout militant de gauche de s’abonner à cette liste de diffusion.

Terminons sur le fait que nous devons néanmoins reconnaître que sur un point, Résistances a raison. La jeunesse rebelle est vraiment de leur côté. Enfin, une certaine jeunesse. Manifestant une certaine forme de rébellion. La preuve en image avec, en nouvelle exclusivité, un des enquêteurs anti-fasciste qui apparaît en tout début de reportage 🙂