La Grèce, ce n’est pas si loin !

Le vendredi 19 mars, un attentat à la bombe a visé et gravement endommagé les locaux de l’organisation nationaliste grecque « Aube Dorée ».

Les auteurs proviennent très probablement de l’extrême-gauche qui multiplie les violences en Grèce depuis 2 ans.

De tels actes de violence se multiplient dans toute l’Europe contre tout ce qui se revendique identitaire et/ou nationaliste. Sans jamais la moindre condamnation de ces actes de violence par la mouvance « antifa » institutionnelle : vous savez, les antifa qui n’ont pas le culot de descendre dans la rue mais qui jouent aux agents de renseignements. Les uns, par dépit de ne pas en être de vrais. Les autres, car ils espèrent se servir de ce créneau comme tremplin pour une carrière politique.

En effet, on n’entend jamais ces fiers défenseurs de l’état de droit, de la démocratie, de la tolérance et blablabla condamner de telles violences.

Violences dans lesquelles ils portent pourtant une responsabilité morale. Les bandits qui ont mis une bombe à Athènes, au risque de tuer militants comme passants, ont certainement commencé par lire ce type de site « antifa ».

En Belgique, ce n’est plus qu’une question de temps avant que l’extrême-gauche la plus activiste ne se mette à la violence de type terroriste. Les signes avant-coureurs ne manquent pas : graffitis incitant à mettre le feu aux prisons et aux centres fermés se multiplient ainsi que les actions de vandalisme, revendiqués sur de nombreux sites Internet d’extrême-gauche…tout cela dans la plus totale impunité.

A ce sujet, voir notre article précédent :
https://antifaahahah.wordpress.com/2009/11/28/radicalisation-anarchiste/