Un nouvel exemple de la tolérance de gauche !

A Rome, une dizaine de garçons du mouvement étudiant nationaliste Blocco Studentesco ont été blessé après avoir été agressés par une centaine de personnes issues de centres sociaux (comprenez « nids de marginaux gauchistes) devant la faculté des lettres de Roma Tre. Ils distribuaient des tracts en vue de la prochaine élection du conseil national des étudiants d’université.

Neuf militants du Blocco ont fini à l’hôpital dont six sont gravement blessés. Parmi eux se trouve le président national du Blocco Studentesco et candidat à l’élection, Fransceco Polacchi. Il est actuellement en observation à l’hôpital avec une fracture de l’avant-bras et deux blessures à la tête.

« On parle ici d’une véritable agression – explique Polacchi -. Nous étions une quinzaine et nous menions notre campagne comme cela se fait normalement avant des élections, quand nous avons vu une centaine de personnes sortir de nulle part armés de casques, de bâtons, de cailloux et de chaînes. » Certains citoyens qui habitent sur la rue ont assisté à la scène et ont laissé leur témoignage au commissariat.

« L’attaque a eu lieu à une centaine de mètres du centre social « Acrobax ». Il est clair que c’était prémédité – ajoute Davide Di Stefano – responsable national du Blocco Studentesco. C’était une action violente et planifiée en vue de nous intimider et nous empêcher de faire de la politique à l’université. Il est clair qu’un geste aussi grave ne peut avoir lieu sans la certitude de leur part d’avoir l’impunité, c’est pour cela qu’elle mérite une réponse appropriée. Cette réponse, nous la présenterons au recteur de l’université Roma Tre, Guido Fabiani, qui est tenu de garantir la bonne tenue de ces élections. Nous parlerons aussi au ministre de l’intérieur, au maire de Rome Gianni Alemanno et à la gouverneure du Lazio, Renata Polverini. Tous sont tenus d’assurer la sécurité des citoyens. »

Jeunes démocrates de gauche à l'oeuvre

Publicités

Le COMAC est comique !

Vous ne connaissez pas le COMAC ? C’est normal. il s’agit du nom insipide de l’organisation de jeunes du PTB (Parti du Travail de Belgique) qui est un parti d’extrême-gauche.

Malgré le fait qu’il soit récemment devenu « stalinien honteux », le PTB et son organisation de jeunes n’en restent pas moins très critiques par rapport aux instances européennes…sauf quand ils ont besoin de fric…

La preuve en est l’organisation par le COMAC d’une soirée de « street art festival », comprenez un concert de rap avec les groupes les plus ringards de la scène franco-belge.

Evidemment, ils organisent ce qu’ils veulent. Libres à eux d’essayer de recruter ces véritables consciences de la lutte prolétarienne que sont les amateurs de rap.

Mais ce qui est plus significatif est de voir qu’un des sponsors de cette soirée est la ..Délégation générale « éducation et culture » de l’Union Européenne.

Comme quoi, l’argent du grand capital européen, ça ne dérange pas toujours les jeunes du PTB. Révolutionnaires en peau de lapin !!!