Un 9 Mai vu de gauche !

Depuis plusieurs années, le 9 mai est devenu un rendez-vous « incontournable » pour ce qu’on appelle l’extrême-gauche et l’extrême-droite française.

A l’origine : la mort en 1994 d’un militant nationaliste français, Sebastien Deyzieu, à l’issue d’une tentative de manifestation à Paris. Cette mort est depuis lors, régulièrement commémorée. Et depuis plusieurs années , des groupes d’extrême-gauche organisent des contre-manifestations.

Cette année, différents facteurs rendaient ce 9 mai un peu particulier ! D’abord, il tombait un dimanche. Ensuite, les nationalistes avaient décidé de joindre la commémoration de Deyzieu à l’hommage à Jeanne d’Arc. Enfin, la mouvance radicale et autonome semblait reprendre du poil de la bête et cela allait être une bonne occasion de faire un bilan des forces en présence.

Du côté nationaliste, ce bilan est aujourd’hui connu : un millier de manifestants, organisés en divers groupes et qui ont tenu un cortège d’un style que l’on n’avait plus vu depuis très longtemps.

Sans oublier, les 2500 nationaux-catholiques qui ont défilé l’après midi même si c’était plus précisément dans le cadre de l’hommage à Jeanne d’Arc.

Mais regardons plus précisément, le bilan de cette journée pour l’extrême-gauche…

Premier constat, alors que le cortège nationaliste se déroulait le matin ; nos champions de l’antifascime ont décidé de manifester l’après-midi !!! Curieuse manière d’essayer d’arrêter le fascisme…

On aurait pu croire qu’ils se réservaient pour avant ou après leur manifestation. Mais rien ne s’est passé :

– les slogans nationalistes ont retenti devant Jeanne d’Arc sans une seule note discordante,
– un dépôt de fleurs a eu lieu à l’endroit du dècés de S. Deyzieu sans plus d’incidents,
– la manifestation catholique a été tout aussi paisible.

Sur les forums, les antifa écrivaient pour qui voulait le lire qu’en marge des manifestations, les « fachos » allaient devoir raser les murs. Dans les faits, le cortège nationaliste du matin n’avait aucun service d’ordre constitué. Quant au cortège national-catholique, s’il possédait un SO, celui-ci ne dépassait pas la centaine de personnes (ce qui est un peu léger pour 2600 personnes) et semblait bon enfant.
En face, par contre, un SO super équipé et casqué. Finalement, on se demandait qui était le chasseur et qui était le gibier.

Au niveau du nombre aussi, on allait voir ce que l’on allait voir. Et on a vu ! Tous groupes confondus, 3500 nationalistes dans les rues de Paris contre 700 antifa, pourtant supportés par des partis politiques comme la NPA de Besancenot.

Reconnaissons que certains antifa sont pourtant passés à l’action..en agressant les passagers d’un bus de la pourtant bien paisible association catholique « Civitas » sur le chemin du retour vers Lille. Blessant 4 personnes dont une personne agée.

Les grands stratèges antifa n’ont pas pensé qu’après une telle escapade, il n’était guère aisé de semer la polce quand on est…en bus. En effet, le commando antifa s’est enfui dans son propre bus de 50 personnes…permettant à quelques simples gendarmes de l’autoroute de l’intercepter. Bilan de cette action hautement stratégique : 50 militants antifa interpellés, identifiés par la police (merci pour les RG !) et certains sans doute poursuivis. Certains prétendent d’ailleurs que les noms des agresseurs font déjà le tour de Lille…Bref, du grand art !

Pour terminer, nous ne résistons pas au plaisir de vous livrer la conclusion d’un vaste article, sans concession, qu’a publié l’association mi antifa-mi policière Réflexes, qui termina un article consacré à ce 9 mai par la phrase à laquelle, nous souscrivons totalement : « Le mouvement antifasciste a des raisons d’être inquiet !

Publicités

Les drapeaux de leurs maîtres

Dans la mouvance antifa, les choses sont de plus en plus claires ! En effet, si au premier abord, on croit avoir affaire à des militants anarcho-gauchistes utilisant l’antifascisme comme moyen de recruter les jeunes; on s’aperçoit de plus en plus clairement que le véritable moteur de cette mouvance est tout à fait différent.

On l’avait déjà particulièrement remarqué en Allemagne où une partie de cette mouvance s’est mise à considérer que la lutte antifa était une fin en soi et ne souffrait aucune autre considération.

Sur cette base, ces militants prétendument gauchistes et donc, en théorie, anti-impérialistes, se sont mis à abandonner les drapeaux rouges et à les remplacer par des drapeaux américains et israéliens (!). L’explication étant que l’anti-américanisme ou l’anti-sionisme ne pouvaient être que de l’antisémitisme inavoué. Des générations de militants de gauche apprécieront…

Voici deux ans, une contre-manifestation « antifa » à Dortmund avait d’ailleurs tourné au pugilat entre les obsédés de la chasse à l’antisémite et des militants de gauche plus classiques, qui commençaient à la trouver mauvaise de défiler sous le drapeau de l’Oncle Sam.

Nos « anti-antisémites » de choc semblent avoir encore franchi une étape supplémentaire puisqu’ils produisent cet autocollant qui signifie en gros que « les jeunes cools ne portent pas le foulard palestinien ». Le port de ce foulard semblant être devenu, pour ces talibans du sionisme, une manifestation d’antisémitisme.

Tout au long de ces années, des dizaines de milliers de gauchistes, partout dans le monde, ont donc été des antisémites déguisés. Ca, c’est du vrai complot !!!

Les gauchistes avec des drapeaux US et les nationalistes allemands brandissant drapeaux et foulards palestiniens : c’est le monde à l’envers, diront certains !

Nous pensons au contraire que là, les choses sont à leur vraie place !

Quand la gauche « rebelle » rampe devant le Système !

On aura rarement eu, dans les faits, meilleure illustration que l’extrême-gauche fait bien partie intégrante du système qu’elle prétend combattre.

En effet, tant le PTB que le cartel Front des gauches qui regroupe le Parti Communiste (PC), le Parti Socialiste de Lutte (PSL-LSP), la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), le Parti Humaniste (PH), le Comité pour une Autre Politique (CAP) et Vélorution se sont empressés d’aller ramper auprès des partis traditionnels afin de quémander des signatures de parlementaires. Signatures nécessaires pour pouvoir présenter des listes électorales sans devoir faire la course aux signatures de parrainage de citoyens.

Ce que les partis traditionnels ont refusé dans un premier temps, avant de changer d’avis et de l’accepter. Il est vrai que ces derniers semblaient avoir peur de ne laisser aller le vote protestataire uniquement que vers le FN. Sans oublier qu’une forte abstention aurait également favorisé le FN.

Mais si un tel calcul est de bonne guerre provenant des partis traditionnels, on peut se demander quelle crédibilité auront encore les partis d’extrême-gauche lorsqu’ils prétendront s’opposer au PS, à Ecolo ou même au MR (libéral). Partis dont ils ont accepté le parrainage pour pouvoir se présenter.

Le PTB aura donc quémandé des signatures à des hommes politiques que le Parti représentait voici à peine un an avec des nez de clowns…quelle belle constance révolutionnaire !

Le PSL, lui, aura porté l’amabilité jusqu’à aller remercier Elio Di Rupo pour avoir changé d’avis

Et dire que parfois, ils se font appeler « gauche rebelle »…A hurler de rire !

Le Stalingrad de la multiculture !

Ce samedi 8 mai, une trentaine de militants de groupes staliniens, fêtaient le 65ème anniversaire de la victoire de l’Armée Rouge sur le nazisme.

A la vue des drapeaux et des tenues folkloriques de certains, on aura vite compris qu’ils fêtaient surtout l’Armée Rouge !

Notons à l’occasion que Willy Van Hecke, président à vie du FAF (Front Anti-Fasciste) a fait son coming out idéologique puisqu’il a démontré par sa présence à une telle action que son antifascisme n’était motivé que par son admiration pour l’Union Soviétique qui fut une grande démocratie, comme chacun sait…en particulier à l’époque de Staline.

Mais le plus amusant n’est pas là. Il réside dans le fait qu’un groupe d’islamistes se sont invité aux cérémonies armés de slogans à la gloire d’Allah. Ce qui n’a guère plu aux communistes présents, pourtant internationalistes de nature. A moins que leur communisme ne soit devenu national.

Bref, la multiculture et le communisme pur et dur, ça fait parfois des étincelles, comme vous pouvez le voir ci-dessous !