Antifa ah ah ath !

Bien sur, nous reconnaissons être particulièrement critiques envers les voyoux d’extrême-gauche utilisant le prétexte de l’antifascisme pour mener des actions violentes. Bien sur, nous avons la dent dure contre leurs agissements, souvent plus bêtes qu’efficaces d’ailleurs. Mais « l’action » menée à Ath ce 22 septembre restera dans les annales (orthographe au choix) de ce qui se fait de pire en la matière.

Récapitulons ! Effrayés par l’apparition de quelques sympathisants de NATION dans la paisible ville de Ath, la mouvance « antifa » a lancé voici un mois, un appel au rassemblement contre « les agissements de NATION ».

Aussitôt, tous les sites et blog internet de la mouvance d’extrême-gauche de Belgique et de France ont relayé l’appel. Au point que les autorités ont fini par prendre les choses très au sérieux car elles estimaient que près de 300 autonomes gauchistes pouvaient faire le déplacement. Il faut dire que l’annonce de l’organisation par NATION, le même jour, d’une conférence de presse à Ath n’avait rien fait pour apaiser les autorités.

Ce qui fit que le jour fatidique, tout le monde fut accueilli par de très nombreuses forces de police (en uniforme, en civil, à pied, à cheval,…).

Le comité d’accueil

Pour ce qui est de NATION, leurs porte-paroles, encadrés par un service d’ordre approprié, a pu tenir sa conférence de presse à proximité de la grand place et eut de bonnes retombées médiatiques ( voir article ).

Du côté des antifa, ce fut une autre paire de manches. Tout d’abord car les « organisateurs » avaient « oublié »  de faire une demande d’autorisation. Ensuite car aucune des personnes qui auraient pu être des interlocuteurs pour les forces de l’ordre n’ont semblé avoir fait le déplacement (un peu curieux de mobiliser les autres sans venir soi-même…). Et enfin car les 300 black-block prévus ne furent finalement qu’une cinquantaine de rastas et autres « punks à chiens » (sans les chiens) totalement désorganisés. Et de plus très cons puisque, malgré les tentatives d’arrangement venant de la police, ils décidèrent néanmoins de jouer au plus malin et allèrent se jeter dans la gueule du loup en allant vers la grand place d’Ath où ils furent cueillis dans un des plus beaux pièges à cons de l’histoire de l’antifascime militant, avec comme résultat une trentaine d’interpellations.

Pas rancuniers pour un sou, et assez heureux de leur « coup médiatique », les militants de NATION nous ont demandé de rendre publique la photo suivante où ils souhaitaient,  à partir d’un fort sympathique café local, une bonne après-midi à leurs sparring-partners antifa.

Publicités