De gauche comme de droite, les antifa courageux mais pas téméraires !

Nous avions déjà parlé de ces pages « Facebook » totalement consacrées à la « lutte anti-fasciste » mais qui ne regroupent en fait que quelques pseudo-intellectuels de gauche, donneurs de leçons? méprisant tout qui a le malheur de ne pas penser selon leurs normes droits-de-l’hommiste et bien conformistes ou de ne pas coller au profil qu’ils prétendent être le leur (à tort ou à raison) de bobos totalement épanouis dans la société multiculturelle et blabla…

Certains d’entre eux, alors qu’ils ont sans cesse le mot « état de droit » en bouche, n’hésitent pas à menacer et à diffamer parfois gravement. Ils pensent manifestement que l’anonymat du Net leur permet tout…

Ainsi un(e) nommé(e) Julie Andrews qui a gravement diffamé Hervé Van Laethem (un des responsables de NATION), à l’abri de son évident pseudonyme. Lorsque Van Laethem l’a mise en demeure de retirer ses propos,  elle a crâné en disant qu’elle n’avait rien à se reprocher, qu’elle avait lu ça ailleurs (on ne voit pas bien en quoi, cela en fait une vérité) et que les menaces de plainte ne l’inquiétait pas…

Or selon nos informations, un dossier a bien été ouvert au Parquet de Bruxelles mais entretemps, le profil de « Julie Andrews » a disparu. Ce qui implique que la plainte l’inquiétait quand même un peu. Mais si la justice fait bien son job, l’adresse IP qui a servi à se connecter à Facebook devrait pouvoir permettre d’identifier l’intéressé(e).

Ce qui sera doublement intéressant. D’abord dans la perspective que cette personne soit condamnée. Mais aussi, et surtout, pour qu’on sache avec certitude de qui il s’agissait. Et là, on pourrait bien être surpris. Surtout les gens de « gauche » de ces pages qui pourraient bien avoir nourris en leur sein, quelqu’un d’extrême-droite, qui se serait servi d’eux pour s’attaquer à NATION. Ce mouvement est en effet aujourd’hui le problème n°1 de quelques micro-groupes virtuels de droite qui n’ont aucune autre visibilité que le net (et encore…).

Quoi qu’il en soit, cela confirme que les « antifa » de gauche comme de droite sont aussi lâches les uns que les autres !