Ils n’en sont toujours pas remis !

imagesLes incidents du 3 avril dernier entre sympathisants de NATION et militants d’extrême-gauche en plein centre de Bruxelles, semblent avoir traumatisé ces derniers au point qu’ils ont multiplié les publications sur ce sujet depuis 10 jours ! Peut-être est-ce une sorte de thérapie ? 🙂

Ce qui est tout d’abord intéressant, c’est l’évolution de leur communication ! On est en effet passé du «  le fascisme n’est pas passé » au « bon, on les a quand même repoussé » pour en arriver à : « bon, on a bien pris mais c’est normal car les fachos sont hyper-organisés et protégés par la police ».

C’est en tous les cas, le sens général de l’abondant article publié par l’officine anti-identitaire Résistances.

Mais la lecture de celui-ci nous permet aussi de confirmer quelques-uns des constats que nous avions déjà faits concernant Résistances.

Cet article qui fait semblant d’être « exclusif » ressemble très fort à un autre article publié sur un blog intitulé « Antifa Bruxelles ». Blog qui assume ses liens avec l’extrême-gauche stalinienne. Il a d’ailleurs des liens vers un collectif intitulé « Classe contre classe » proche des anciens terroristes et assassins des Cellules Communistes Combattantes. Alors soit, Résistances les a plagié ou bien ce sont les mêmes qui ont écrit les deux et cela signifierait que les « bons démocrates » de Résistances ne seraient pas si démocrates que ça !

Confirmation n°1 : Résistances est bien une association très proche de la gauche la plus extrême !

Cet article n’est illustré que par des photos reprise de facebook ou de Télé Bruxelles…ce qui signifie que les rédacteurs de Résistances, très attachés à mettre un copyright à la moindre photo ( plus facile à faire avec une affiche immobile que dans une manif, il est vrai) n’étaient pas présents à une activité « antifasciste » qui semblait pourtant de premier plan !

Confirmation n°2 : les rédacteurs de Résistances ne militent contre l’extrême droite que confortablement assis devant leurs pc ou dans les salons « à la mode ». Jamais dans la réalité de la rue…

Cet article est rempli d’erreurs, d’approximations et d’amalgames. Il n’est alimenté que par des bribes d’infos reprises ici ou là sur facebook. Autre exemple de « source crédible », nous citons : « Selon Malika Naïma Nedjma, spécialiste de l’extrême droite active sur Facebook ». Voilà un bel exemple d’information recoupée : ce qu’en dit une personne dont on ne connaît que le surnom facebook et qui s’autoproclame « spécialiste ». Quelques autres exemples de la qualité de ce « travail d’enquête » :

  • erreur dans le nom d’une personne
  • évoquer des personnes dont ils ne connaissent que le pseudo facebook
  • affirmer qu’une personne était membre d’un groupe qui a disparu lorsque l’intéressé était âgé de 13 ans ( !), etc…

Confirmation n°3 : Les soi-disant spécialistes de Résistances ne sont que de mauvais flics du net, incapables de vérifier ni de recouper leurs informations.

Les photos de cet « article » sont transformées afin « d’éclairer » le texte de manière partiale. Ainsi, sur l’une de ces photos, on voit des militants de NATION en posture combattive… mais les rédacteurs ont soigneusement effacé la partie gauche de la photo où l’on voit que les gens de NATION faisaient face à un militant gauchiste armé d’un casque qu’il utilise comme objet contondant…Dans l’article, nulle part, il n’est stipulé que les gauchistes étaient au moins 150 et que les solidaristes de NATION étaient à peine à une vingtaine ! On oublie aussi de préciser dans ce texte (et de le montrer) que de nombreux extrémistes de gauche étaient cagoulés, masqués et se servaient de bouteilles et de casques comme armes.

Confirmation n°4 : Les gens de Résistances sont tout…sauf des journalistes !

Enfin, cet article délire sur la connivence entre la police et les militants solidaristes mais évite d’expliquer que si la police est intervenue fermement contre les gens de gauche, c’est car ceux-ci avaient violemment agressé des policiers en civil. Rappelons de plus que les forces de police se sont retirées pendant une demi-heure, laissant 150 gauchistes face à 20 militants de NATION. On peut logiquement se demander qui la police a essayé de favoriser…

Conclusion n°5 : Résistances reprend les arguments éculés de l’extrême-gauche à chaque fois qu’elle prend une dérouillée : c’est de la faute de la collusion « police-fascistes ».

Alors comme Résistances prend l’habitude d’annoncer de nouvelles révélations ; nous aussi, on vous annonce un prochain article sur qui se cache derrière la nébuleuse « antifa » à Bruxelles…

 NB : A l’annonce d’un futur article de Résistances, les gens de NATION nous demandent de transmettre leur bonjour à Sandra « gorge-profonde » (pas dans le sens érotique de la chose, quoique, mais bien comme surnom donné à certains informateurs). Ils disent que l’intéressée se reconnaîtra…

Vous pouvez trouver un rappel des faits et des photos illustrant l’agressivité gauchiste ici : https://antifaahahah.wordpress.com/2014/04/09/une-branlee-pour-des-branleurs/

Publicités

Une branlée pour des branleurs ?

Le 3 avril dernier, c’est un jeu de billards à 3 bandes auquel on a pu assister dans le centre historique de Bruxelles !

En effet, on a pu remarquer la mouvance « antifa », venue perturber la tenue d’un congrès du Vlaams Belang, se faire elle-même contester par des militants de NATION.

Notre rôle n’est pas d’émettre un jugement politique sur ces événements, déjà largement commentés par la grande presse. Nous nous contenterons de faire l’analyse technique d’un cuisant échec politico-activiste de l’extrême-gauche.

Echec politique puisque non seulement, le Vlaams Belang a pu finalement tenir son meeting mais a aussi connu un succès juridique doublé d’un succès médiatique, tout comme NATION d’ailleurs !

Echec activiste aussi puisque les 150 militants revendiqués par les antifa ont été incapables de « dégager » la vingtaine de NATIONalistes (lol) qui leur firent face pendant trois quarts d’heure, sans aucun cordon policier pour les séparer…

Depuis lors, la « stratégie de com » des antifa a fait de cet évènement, une grande victoire puisqu’ils ont réussi à « repousser les agresseurs de NATION ». Il est vrai qu’à 150 contre 20, c’était bien le moins qu’ils pouvaient faire…Sauf que les agresseurs, ce sont bien les antifa !

Habillés en tenue black-blok pour certains, masqués pour d’autres, porteurs de casque et même, selon certains témoignages, d’armes blanches ; les antifa n’ont d’ailleurs pas hésité à agresser des élus du Vlaams Belang et des policiers en civil.

Après cette déculottée (le mot n’est pas trop fort – voir les images ci-dessous) et sans doute déçus par rapport à l’idée qu’ils avaient de leurs capacités guerrières, les militants antifa en sont revenus à des activités sans risque et dans lesquelles, ils sont bien plus efficaces : jouer au flic et pratiquer la délation !

C’est ainsi que peu de temps après cette pénible (pour eux) soirée, les antifa se sont fendus d’un article incitant de manière indirecte à la violence contre les locaux et certains cadres et militants de NATION dont les photos ont été publiées.

La raclée monumentale de ce 3 avril incitera-t-elle la mouvance antifa à plus de retenue ? Ou, au contraire, va-t-elle rechercher une revanche au plus vite ? La question est d’autant plus sensible qu’elle se situe au moment de la campagne électorale !

Quelques exemples du « révisionnisme » antifa

Loin de nous l’idée que dire que les événements du 3 avril furent historiques 😉

Mais néanmoins, ils connaissent déjà leurs révisionnistes…En effet, les antifa ont déjà réécrit l’histoire de la soirée. A la fois pour gommer le côté violent et agresseur mais aussi manifestement pour redorer leur blason guerrier, ce qui est assez étonnant pour des gens qui se prétendent pacifistes.

Pour résumer, ils ont été agressés par 15 « fascistes » qui auraient donc attaqué 150 personnes !!! (C’est du fascisme kamikaze !!!)

Mais ce qui compte dans « leur histoire », c’est qu’au final, les grands antifa ont résisté et repoussé les ignobles fascistes…

Retour en photos pour rétablir quelques vérités !

Premier mensonge : les antifa étaient venus avec une volonté pacifiste

Notez l'accoutrement, les masques et la bouteille prêté à servir comme projectile

Notez l’accoutrement, les masques et la bouteille prêté à servir comme projectile

L'usage du casque comme arme de destination.

L’usage du casque comme arme de destination.

 

Une vraie tenue de démocrate !

Une vraie tenue de démocrate !

Second mensonge : ils sont restés maîtres du terrain !

Le groupe antifa qui recule face à la résistance des militants identitaires

Le groupe antifa qui recule face à la résistance des militants identitaires

 

Repli antifa mais sans nul doute de type "repli stratégique"

Repli antifa mais sans nul doute de type « repli stratégique »

 

Ils en oublient des gens au sol

Ils en oublient des gens au sol

Pas de doute, ils contrôlaient bien les événements

Pas de doute, ils contrôlaient bien les événements

Et puis, ça s'est manifestement bien passé pour leurs militants

Et puis, ça s’est manifestement bien passé pour leurs militants

Ainsi que pour leurs drapeaux...

Ainsi que pour leurs drapeaux…