Malaise à gauche ?

Alors qu’elle pourrait jouer son rôle classique « d’adversaire du gouvernement libéralo-capitalisto-réactionnaire à tendance fascisante », alors que le PS a donné comme consigne de laisser ses militants faire ce qu’ils voulaient en marge des actions syndicales, l’extrême-gauche belge semble nager en plein malaise.

Dernière preuve en date, le silence « assourdissant » de tous les milieux d’extrême-gauche suite à la vague d’arrestation opérée suite aux émeutes du 6 novembre dernier en marge de la manifestation syndicale.

14 personnes ont été arrêtées après un vaste travail d’identification de la part des services de police. Parmi eux, des dockers d’Anvers mais aussi des gens de la mouvance d’extrême-gauche.

Alors si les médias en ont parlé un peu (évidemment c’est moins intéressant que de soi-disant casseurs néo-nazis), on s’attendait néanmoins à ce que les sites et réseaux sociaux de gauche extrême hurlent à la répression, appellent à la solidarité , etc…

Mais rien ! Rien de rien ! Ni l’extrême-gauche institutionnelle (du PTB maoïste au PSL trotskiste), ni les médias « alternatifs » tels Indymedia (qui n’est d’ailleurs plus que l’ombre de lui-même), ni même les blogs de la mouvance anar tels que celui de la librairie Acrata ou « La cavale »  n’ont rien exprimé ni écrit là-dessus. Sans parler de la mouvance Antifa/JOC, etc…, qui n’apparaissent plus que pour jouer, avec assez peu d’efficacité d’ailleurs, les sections d’assaut du PS !

La raison ? Avant tout, la très mauvaise réaction de l’opinion publique à la destruction de biens privés tels des véhicules. Véhicules qui, de plus, appartenaient pour l’essentiel à des personnes d’origine immigrée. Ce qui fait désordre pour des « antiracistes »…Sans doute aussi car manifestement, l’effet de cette manifestation n’a pas été celle escomptée par leurs « parrains socialistes » et nos apprentis révolutionnaires doivent soudainement se sentir lâchés et un peu isolés face à la répression.

Résistances (blog anti-nationaliste) lui aussi fait le profil bas sur la question car il essaie de faire oublier l’énorme bobard envoyé sous forme de communiqué de presse où il sous-entendait que les incidents étaient l’œuvre de militants d’extrême-droite…

Pour en rester à Résistances, il subit aussi la drôle d’ambiance au sein d’une certaine mouvance de gauche, plus intellectuelo-bobo cette fois, puisque Résistances a du publier un droit de réponse du quotidien (de gauche) Le Soir qui « clashe » sévèrement Résistances dans plusieurs passages Pour rappel, Résistances avait écrit un article évoquant « les fautes déontologiques » d’un journaliste du Soir. On peut donc lire, entre autres, dans ce droit de réponse : « Celle-ci (NDLR : ils parlent de la présentation de Résistances) relève d’une rare partialité, d’un attaque ad hominem insultante et, entre autres, d’une méconnaissance totale du fonctionnement d’une rédaction » – « des éléments avancés par le Soir et son journaliste ont été détournés afin de présenter une une version des faits qui sied mieux à la thèse développée par la rédaction de Résistances.be. » – « Le respect des lois s’applique à tous et surtout à ceux qui luttent contre les partis et les mouvements totalitaires. » et Le soir rappelle lourdement la récente condamnation des deux rédacteurs de Résistances pour port public de faux noms.

Rajoutons à cela, les fortes tensions apparues lors de la Protest Parade du PTB (Parti du Travail de Belgique), organisée le 19 octobre dernier. Et où le service d’ordre du PTB a empêché ses partenaires électoraux de se mêler au « bloc PTB » et d’y distribuer leurs tracts et leurs journaux. On en est même presque venu aux mains entre le SO du PTB et les militants du PSL (Parti Socialiste de Lutte dont il faut savoir qu’eux sont toujours en concurrence avec le PTB).  Cela n’a bien évidemment pas calmé les réseaux sociaux de gauche qui s’étaient déjà mis à vertement critiquer le PTB pour son attitude parlementariste et populiste.

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous qu’ils disaient ! (sic)

On ne sait pas si c’est cette mauvaise ambiance qui a provoqué le flop de la manifestation « antifasciste » du 9 novembre dernier (250 personnes selon la RTBF malgré un grand battage médiatique et de nombreuses organisations participantes)  mais il est possible que cela y ait participé.

Il est vrai aussi que, selon nos sources, certains militants en auraient un peu assez de faire de petites promenades qui n’empêchent en rien des organisations comme Nation, par exemple, de faire à peu près ce qu’elle veut dans les rues de Bruxelles, comme ce fut encore le cas ce 30 novembre où des militants de cette mouvance se sont réunis à Bruxelles contre le djihadisme, sans la moindre réaction des « antifa » !

 10410857_10203414394982939_9065181300684320093_n

Publicités