Gentils démocrates italiens à l’oeuvre

La semaine dernière, des incidents ont éclaté à Cremona, en Italie, entre militants gauchistes et militants nationalistes que l’on dit proches de l’association Casapound.

Les gauchistes italiens, pourtant réputés pour leur combativité, en ont été pour leur frais et un des leurs, manifestement plus résistant que ses coreligionnaires français, a été hospitalisé dans un état grave. Mais ne dit-on pas « qui fait le malin, tombe dans le ravin » ?

Ces incidents, pourtant probablement provoqués par les militants de gauche, ont été le prétexte à une énième mobilisation antifasciste en Italie. Décidément, le système peut compter sur son infanterie coloniale pour détourner l’attention des vrais dangers qui menacent nos sociétés.

Même en Belgique, un « comité des antifascistes italiens » a organisé un micro-rassemblement devant l’ambassade d’Italie. Rassemblement que 3 groupes, au moins, ont essayé de récupérer : les anars du Collectif Alternative Libertaire, les trotskistes du Parti Socialiste de Lutte et les « petits soldats » du PS que sont les JOC. Ces 4 groupes ensemble auront rassemblé 20 personnes.

Par contre, à Cremona même, 5000 personnes auront manifesté « contre le fascisme ». Manifestation à l’issue de laquelle, de gentils démocrates antifascistes s’en sont pris à la police comme vous verrez sur les images ci-dessous.Vous noterez également l’équipement des militants de gauche. On comprend tout de suite mieux pourquoi les nationalistes ont du se défendre !

Publicités

Cocos ou cocus ?

Nous avions déjà évoqué sur ce blog que quelques mois avant les élections, les restes du Parti Communiste Belge et de la très trotskiste Ligue Communiste Révolutionnaire avaient fait allégeance au PTB pour pouvoir avoir des candidats sur les listes intitulées « PTB-GO »(GO pour Gauche d’Ouverture).

Les autres trotskistes du Parti Socialiste de Lutte (PSL) ont eux aussi fait la danse du ventre et ont rampé devant le PTB pour y participer mais ce dernier a refusé car il estimait que le PSL avait une trop grande dynamique propre, alors que le PCB et la LCR étaient en fin de vie et ne poseraient sans doute pas de problèmes.

Il semble néanmoins que l’euphorie des élections passée, cette grande et belle amitié se termine et il n’est pas évident que  les anciens conjoints resteront en bons termes.

Il y eut d’abord la Protest Parade organisée à Bruxelles en octobre dernier où le service d’ordre du PTB empêcha, parfois manu-militari, les autres organisations de distribuer leur propagande sur l’ensemble du cortège.

Il y a aussi la toujours délicate question de la répartition du financement public. En effet,  le PCB et la LCR réclament une part, même minime, de ce financement public puisqu’ils estiment qu’une partie des voix obtenues par la liste PTB-GO l’ont aussi été par la présence de leurs propres candidats sur cette liste. Or, il semblerait que sur ce sujet, la PTB soit moins attaché à une redistribution des richesses…

De plus, le PTB n’organise plus aucune réunion commune.

Et enfin, le PTB commence à lorgner vers la gauche du PS et d’ECOLO. Au moment où, par contre, les trotskystes font plutôt dans la surenchère et incitent les syndicats à refuser toute négociation.

Le PTB qui se recentre…on aura tout vu !

Le divorce  a finalement été prononcé avec la publication par la LCR d’un article intitulé : « Le PTB tourne la page du « GO! ». Un rendez-vous raté, quand même? »

En tous les cas, on savait les communistes et les trotskistes grands défenseurs des pratiques homosexuelles mais de là, à ce qu’ils se laissent appliquer à eux-mêmes la sodomie politique : cela laisse rêveur !

cocu

Je suis Charlie, antifa et je fais des alertes à la bombe !

6a00d8341c65d453ef00e54f2b06d98834-800wiLe 11 janvier dernier, alors que des milliers de personnes défilaient à Bruxelles pour protester contre les attentats islamistes de Paris, une alerte à la bombe avait lieu dans les rédactions de plusieurs quotidiens belges dont « Le Soir ».

L’auteur n’était pas un fan d’Al Qaïda ou de l’Etat islamique mais bien un militant d’extrême-gauche qui fut longtemps actif au Front Anti Fasciste.

Thierry Carreyn, c’est son nom, a été rapidement identifié et interpellé par la police. Il n’est pas un inconnu, ni des services de police ni des observateurs de la scène d’extrême-gauche.

En effet, fin des années 90, l’intéressé était un militant actif du Front Anti Fasciste. Présent à de nombreuses contre-manifestations dirigées contre le Vlaams Blok, il était toujours parmi les plus virulents et cherchait systématiquement la confrontation.

Il passa vite de la manifestation de rue à l’action plus violente encore puisqu’en 1999, il ne se contenta pas d’une fausse alerte à la bombe  puisqu’il fit exploser une vraie bombe, cette fois, devant le siège national du Vlaams Blok à Bruxelles.

Il fut arrêté et jugé pour cet attentat. Attentat pour lequel, il bénéficia d’une suspension du prononcé ! C’est-à-dire qu’il fut reconnu coupable mais sans recevoir la moindre peine et sans rien sur son casier judiciaire. Pas de peine pour avoir déposé une bombe qui aurait pu blesser ou tuer des gens !!!  Lorsqu’on sait que des militants nationalistes ont pris des mois de prison pour de simples tracts, cela illustre bien la complaisance dont jouissent en Belgique les extrémistes de gauche.  De plus, sa nouvelle frasque démontre bien à quel point cette peine légère lui a servi de leçon !

Mais reste la question essentielle, pourquoi cette nouvelle menace contre des quotidiens qu’on ne peut que difficilement taxer d’extrémiste de droite ? Et pourquoi, maintenant ?

Et bien, il semble qu’il reprochait la trop grande couverture médiatique accordée aux attentats de Paris. Couverture médiatique qui favoriserait l’extrême-droite ! C’est-à-dire que malgré les  17 victimes tuées par des terroristes islamistes, le problème n°1 de cet individu est et reste la montée éventuelle de l’extrême-droite…

A la lecture de ceci mais aussi à la vision de son interview prise, par hasard, peu de temps avant sa fausse alerte à la bombe ; on peut vraiment se demander si la mouvance « antifasciste » n’est pas avant tout un déversoir pour tarés de toutes sortes voulant se donner bonne conscience en combattant ce que le politiquement correct leur a désigné comme « le mal absolu ».

On se soigne de ses névroses comme on peut !

Antifa ahahah !

Antifa ahahah !

Evidemment, ce n’est pas original comme titre d’article. Mais vraiment là, on n’a rien trouvé d’autre tellement il correspond au ridicule de la dernière action « antifa » belge…

A moins de venir d’une autre planète, vous devez savoir que Eric Zemmour est venu à Bruxelles ce 6 janvier. Aussitôt, les jeunes du PTB (maoïstes) ont appelé à un rassemblement devant la salle de conférences. Suivis par le ban et l’arrière-ban de la mouvance gauchiste : des trotskistes de la LCR aux JOC (sorte de section d’assaut du PS).

Et on allait voir ce qu’on allait voir. Ainsi sur le site Indymedia (extrême-gauche), était intitulé un article : « Pour une opposition déterminée à perturber la venue de Zemmour à Bruxelles ». On pouvait y lire des déclarations guerrières du type : « Pour une radicalisation de la lutte, pour ne plus perdre de temps ! » – « Soyons donc déterminé.e.s, préparé.e.s à tenir le pavé contre nos ennemis ! » – « Tarte à la crème, pétards et fumigènes, jets d’oeufs et de peinture sont les bienvenus pour l’évènement, quoi qu’en pense le PTB ! (les organisateurs)»

Quant aux JOC, ils écrivaient de grands appels du type : « Soyons nombreux à nous mobiliser pour defendre l’unité, la solidarité et la lutte contre toutes les oppressions » et l’inévitable « PAS DE FACHOS DANS NOS QUARTIERS, PAS DE QUARTIER POUR LES FACHOS! »

Mais il semble que l’annonce d’une contre-contre-manifestation du groupe solidariste Nation ait un peu changé la donne. En tous les cas, les organisateurs ont changé les plans en dernière minute et ont remplacé l’opposition déterminée dans la rue par…un apéritif alternatif bien loin de la salle de conférence !

Bon, on s’était bien dit que c’est le côté électoraliste qui l’avait emporté au PTB qui ne voulait pas d’incidents afin de ne pas écorner son image devenue bien lisse. Mais on pensait quand même que les JOC, Antifa Bruxelles et autres « durs » allaient quand même venir faire un numéro, pour essayer de redorer leur blason « militaire » un peu terni après la raclée que les militants de Nation leur avait mis, en état de légitime défense, en avril dernier !

Et bien non ! Rien mais alors rien de rien ! L’extrême-gauche, dans son ensemble, s’est déballonnée devant la détermination et la combattivité de militants nationalistes.

Le seul truc qui devient inquiétant pour l’avenir de notre site antifaahahah, c’est qu’on approche tous les jours de la disparition complète de la mouvance « antifa » de ce pays !

 

 

Images de la vaste mobilisation antifa de ce 6 janvier à Bruxelles !

Images de la vaste mobilisation antifa de ce 6 janvier à Bruxelles !

James Bond à la Rote Flora !!!

sternschanze-rote-floraLa « Rote Flora » est un squat historique de l’extrême-gauche de Hambourg.

De 2000 à 2006 y a activement milité une certaine Iris Schneider, connue comme militante pure et dure, très dévouée à la vie du centre. Elle finit même par être la responsable d’une émission sur une radio libre, proche du squat.

Accessoirement, elle n’hésitait pas à s’envoyer en l’air avec de nombreux camarades du sexe opposé…

En 2006, elle quitte le squat car elle va partir à l’étranger…Jusqu’à ce que ses anciens camarades la croisent récemment et par hasard, à l’hôtel de police. Après quelques recherches, ils ont ainsi appris que leur camarade Iris s’appelait en fait Platte et non Schneider et qu’elle était officier de police, aujourd’hui affectée à la surveillance des extrémistes musulmans.

On comprend mieux ainsi comment l’extrême-gauche allemande joue à ce point les supplétifs pour le système contre les mouvements nationalistes. Elle est tout simplement complètement manipulée !