Black-list antifa ?

NZFAIN2GLes vacances sont propices à regarder les archives. A cette occasion, nous avons retrouvé un article vengeur datant de mai 2015 et publié sur le blog de l’inénarrable animateur du site anti-nationaliste et pro-sioniste Résistances.

Les cibles de ce peu sympathique article n’étaient pas, cette fois, les méchants et dangereux factieux d’extrême-droite mais bien des intellectuels et journalistes qui ont commis le crime de lèse Manuel Abramovicz (l’animateur quasi unique de ce site/blog/page FB) : ne pas l’avoir soutenu lors du procès qu’il a perdu contre un ex-membre du FN dans une affaire de « faux-profil facebook ».

Nous citons donc ci-dessous un extrait de ce qu’il écrivait donc dans un article intitulé « Faux profil Facebook pour une journaliste de la RTBF » :

« Pour nous soutenir dans cette saga judiciaire qui durera près de quatre ans, un appel public sera lancé. Une minorité de ceux qui furent invités à le signer refusa. Souvent pour d’étonnantes raisons et, dans la plupart des cas, en apportant des explications alambiquées ou maladroites.

Il s’agit d’Henri Goldman (codirecteur de la revue Politique), de Jérôme Jamin (politologue à l’Université de Liège et rédacteur en chef du journal des Territoires de la mémoire), d’une partie du conseil d’administration de la section belge francophone de la Ligue des droits de l’Homme, de l’association Bruxelles laïque (la régionale du CAL) … toujours conseillés en la matière par le même Jean-Jacques Jespers (ex-journaliste de la RTBF). »

Ce règlement de comptes public ressemble à une tentative de « black-lister » ceux qui osent, fussent-ils de gauche bien-pensante, ne pas aimer les méthodes d’Abramovicz. On comprend
mieux pourquoi il a tant d’amis dans son propre camp et comment parfois quelques infos se perdent chez nous sur son compte…

Publicités

« Antifa » : ils font plus que jamais partie du système !

L’extrême-gauche aime bien jouer aux « anti-flics » et « anti-système » même si on sait bien qu’ils sont les meilleurs collabos du système politico-financier dans lequel nous vivons.

Le savoir est une chose, c’est mieux de le démontrer.

Commençons par le groupe anti-nationaliste Résistances qui, voici quelques temps, reconnaissait dans un de ses propres articles qu’il avait des contacts avec les services de renseignement. Et bien manifestement, il a aussi des contacts dans le monde judiciaire comme le prouve une info qu’il vient de publier ce 7 juillet sur sa page Facebook : à savoir que les militants du mouvement solidariste Nation, qui avaient été interpellés le 1er juin après une rixe qui les avaient opposé à un « punk à chien sans le chien », allaient comparaître devant le tribunal le 1er septembre.

Le hic, c’est que renseignement pris, les intéressés n’ont toujours pas reçu de convocation…La question est donc : comment Résistances connaît-il la date de comparution puisque le groupe n’est en rien partie prenante de cette affaire ? Poser la question est y répondre !

L’autre exemple est illustré par cette photo des JOC, groupe violent d’extrême-gauche en pleine action anti Nation et anti-police à proximité de la maison communale de Bruxelles. On y voit Thomas Englert, théorique grand mangeur de flic, en grande conversation bien cool avec deux de ces flics soi-disant abhorrés (dont un en civil). Et cette photo, tirée de leur propre mur Facebook, a été faite depuis les bâtiments de la ville de Bruxelles…

englebert polbru

Bien gentil avec la police et avec des potes à la ville de Bruxelles, on comprend mieux l’impunité des JOC !