Manuel Abramowicz remis à sa place par Michel Bouffioux !

Un vent favorable souffle de temps en temps en direction de nos oreilles des informations fort enrichissantes au sujet de ce qui s’échange sur Facebook.

C’est ainsi que nous avons eu l’occasion de prendre connaissance d’un tout récent et sévère recadrage du sempiternel Manuel Abramowicz par un journaliste professionnel, à savoir Michel Bouffioux.

Bien entendu, l’exposition de la bonne leçon d’honnêteté intellectuelle et de déontologie journalistique administrée à cet autoproclamé « journaliste d’investigation » par un professionnel de la matière n’aura tenu que quelques heures en ligne, mais ce fut néanmoins assez long pour qu’une bonne âme, opposée à la censure dont certains sont coutumiers, en réalise une capture d’écran, reproduite en-dessous de cet article.

 Tout débute lorsque Michel Bouffioux annonce, ce 17 septembre, sur son mur Facebook, avoir publié un papier dans un hebdomadaire belge resituant l’actuelle crise des migrants dans un cadre historique. Il n’en fallut pas plus pour que Manuel « Moi, mes photos, mon site, rien qu’à moi tout seul » Abramowicz vienne rapidement parasiter ce mur en y insérant une capture d’écran d’un de ses propres articles portant sur le même thème, paru le 7 septembre dans un quotidien, soit dix jours avant la publication de celui de Michel Bouffioux, mais bien entendu beaucoup plus court et beaucoup moins bien écrit que ce que ce dernier a rédigé. Notons toutefois que, pour une fois, Manuel « Manu » Abramowicz avait demandé à quelqu’un qui maîtrise correctement la langue française de relire son article car il ne comportait, au contraire de ceux qu’il commet habituellement, pas de fautes d’orthographe ni de grammaire.

Du journaliste Michel Bouffioux à Manuel Abramowicz : « A chacun son métier, Manu ! »

Michel Bouffioux remet aussitôt à sa place l’individu en un seul coup, droit au but, là où ça fait mal : « Je ne vois pas la nécessité d’indiquer une antériorité. Je trouve même cela plutôt nul comme démarche. Je découvre ton texte qui traite sans doute du même thème mais d’une manière infiniment moins fouillée que le reportage que j’ai réalisé. A chacun son métier, Manu. Je t’invite donc à compléter ton information et à te documenter en lisant mon article ».

Tout est dit, provenant d’un professionnel du métier…

Facebook - Manuel Abramowicz - Michel Bouffioux (1)Le journaliste Michel Bouffioux remet au pas son « confrère » Manuel Abramowicz

Cela ne suffit pourtant pas à Manuel Abramowicz, qui, bien incapable de rétorquer quoi que ce soit à Michel Bouffioux, se contente de poster en réponse un lien vers le même article, mais paru sur son blog.

Michel Bouffioux dénonce alors ce que nous savons être un fait coutumier chez l’individu, à savoir la diffusion de fausses informations : « Manu, sur ton mur, sans qu’on puisse commenter, tu fais passer la fausse information que ton texte aurait pu avoir une influence sur le choix que j’ai fait de traiter de ce sujet. Rien n’est plus faux ! Je ne connaissais pas l’existence de cette carte blanche avant de me lancer dans un reportage qui est au demeurant beaucoup plus développé qu’une opinion. »

 (…).

 « Son traitement encore une fois, n’ayant rien à voir avec l’approche forcément plus sommaire qui a été la tienne dans un court texte. J’espère que tu auras l’honnêteté intellectuelle (NDLR : c’est justement ce qui manque à l’individu) de tenir compte de ces éléments ».

Facebook - Manuel Abramowicz - Michel Bouffioux (2)

En un paragraphe, le journaliste Michel Bouffioux démontre et démonte complètement

les manigances mesquines de Manuel Abramowicz

Pour Michel Bouffioux, Manuel Abramowicz utilise une manière de communiquer peu scrupuleuse empruntée aux populistes

Et Michel Bouffioux de conclure : « Cela dit, je trouve utile qu’un maximum de personnes parlent de cette thématique pour combattre le discours de certains populistes. Dommage cependant que ta manière de communiquer peu scrupuleuse leur emprunte quelque chose ».

Après le tribunal correctionnel de Bruxelles, le quotidien « Le Soir », l’Association des Journalistes Professionnels, Michel Bouffioux dénonce à présent lui aussi les méthodes décidément peu respectables de Manuel Abramowicz….

Publicités

En Espagne aussi, les gauchistes n’aiment pas les pauvres quand ils sont…de souche !

Les groupes d’extrême-gauche de Madrid sont particulièrement énervés de l’aura grandissante de la maison sociale Madrid (Hogar Social Madrid – HSM) et attaquent régulièrement leurs locaux et leurs postes de collectes d’aliments destinés aux Espagnols dans le besoin.
Le HSM est une association qui vient en aide aux Espagnols les plus démunis en leurs proposant chaque dimanche de la nourriture pour toute la semaine à venir. Mais le HSM prépare aussi des repas chauds tous les mercredi, organise des conférences, des ateliers pour les enfants, des cours de self défense, de l’appui scolaire etc…
Mais manifestement à l’extrême gauche, cela ne plaît pas et elle utilise, comme toujours, la violence comme le démontre les images ci-dessous.
A noter le courrage des militants nationalistes qui, chaque fois, défendent le poste de collecte au grand désespoir des gauchistes qui s’en vont toujours en courant plus vite qu’ils ne sont arrivés.
Les images qui suivent ont été filmées à Carabanchel un destrict du sud de Madrid et on y voit  25 « antifa » attaquer, équipés de casques et de bâtons, un des postes de collectes d’aliments devant un super marché.

Les constantes de Résistances !

Ça fait longtemps que nous suivons le site d’extrême-gauche Résistances (pour rappel, son principal animateur est devenu un des principaux défenseurs du PTB sur les réseaux sociaux).

On s’ennuyait d’ailleurs un peu depuis la longue absence de Résistances sur le web. Mais manifestement, les animateurs de ce site se sont enfin décidés à acheter la brochure « L’informatique pour les nuls » et ont finalement, après de longs mois, réussi à relancer un blog Internet.

On ignore s’ils ont enfin un peu augmenté leur nombre d’abonnés (qui s’élevait à moins de 400 en 2008) mais ce qui est certain, c’est qu’on y retrouve le même amateurisme et la même mauvaise foi qu’avant.

On en a l’illustration avec une série d’articles sur le groupe solidariste Nation et les suites d’une bagarre dans laquelle sont impliqués certains de ses membres.

On y retrouve les 5 constantes de la plupart des écrits de Résistances !

1.Résistances est obsédé !

Ainsi dans un article, il publie des articles de journaux qui datent de presque 20 ans, au sujet d’un groupe militant qui, lui, a disparu depuis 22 ans ! Tout ça car on y retrouve une personne qui, aujourd’hui est membre de Nation..,

Dans le même article, il cite le nom d’un groupe flamand : Odal Gruppe. Le hic, c’est que c’était l’Odal Groep. En fait, le rédacteur de Résistances doit croire que tous les groupes flamands utilisent des noms écrits « à l’allemande ». Étrange pour de soi-disant spécialistes de ne pas connaître l’orthographe du nom d’un groupe militant.

2.Résistances a des soucis avec l’orthographe !

Quelques exemples tirés des 3 derniers articles parus sur le site

  • La direction de NATION souhaite certainement évitée d’être diabolisée pour cette épisode judiciaire
41

Copie du texte de Résistances : 2 fautes dans la première phrase du troisième paragraphe !

  • A l’extrême droite se sont aussi les plus petits qui payent l’addition.
  • et appel même à éliminer Nelson Mandela
  • L’Assaut devient un des pilier de son Front nouveau de Belgique (FNB).

3.Résistances se trompe souvent et se contredit parfois !

Ainsi Résistances affirme « En 1993, afin d’éviter d’éventuelles poursuites judiciaires pour constitution d’une milice privée, L’Assaut va arrêter de lui-même ses activités. » Le problème est qu’en 1993, l’Assaut était déjà poursuivi depuis 1992 pour « constitution de milice privée », comme en témoignent les extraits de presse publiés dans le même article d’ailleurs… L’analyse selon laquelle la dissolution de l’Assaut avait comme but d’éviter cette procédure n’a donc pas de sens !

Résistances essaie aussi de faire un lien entre le groupe militant l’Assaut (disparu en 1993) et le mouvement politique Nation en parlant de « reconstitution de milice privée ». Le problème est que l’Assaut a été acquitté des charges concernant la « milice privée ». On peut d’ailleurs en avoir confirmation en lisant simplement l’article du défunt quotidien « La Wallonie » du 25 juin 1997, publié par Résistances lui-même… Les rédacteurs de Résistances ne lisent donc même pas leurs propres archives !

Tout au long d’un de ces articles, dans une manœuvre aussi peu subtile que vaine, Résistances essaie de donner l’impression que les militants de base sont utilisés comme de la chair à canon par les cadres du Mouvement. Le problème, c’est que les mêmes rédacteurs écrivent plus loin : « Des militants qu’ils (NDLR : les cadres de Nation) ont pourtant formé et avec lesquels, certains, se sont retrouvés dans des échauffourées contre des antifascistes à Bruxelles ». Faudrait savoir : la direction de NATION lâche ses militants ou bien les accompagne « dans des échauffourées » ?

Résistances prétend que la direction de Nation n’accompagnait pas ses militants au procès mais reconnaît la présence d’Eddy De Smedt, qui fait partie de la direction de Nation… De même, le site « partenaire » de Résistances en Flandre a publié une photo où l’on voit certains inculpés accompagnés d’autres membres de la direction de Nation, le jour même du procès !

4.Résistances ne s’y connaît en fait pas tant que ça !

Il s’entête à dire que Eddy De Smedt est le responsable bruxellois de Nation alors qu’il en est le secrétaire général depuis plusieurs mois comme en atteste encore un récent communiqué de Nation dont Résistances a eu pourtant connaissance puisqu’il le cite dans son article.

Quant aux crises internes de Nation évoquées par le site, rappelons que Résistances annonce régulièrement la proche disparition de Nation depuis maintenant près de 15 ans 😉

5.Résistances publie n’importe quoi !

Résistances reconnaît implicitement que Nation est d’habitude très actif puisqu’il écrit: « Une diminution de ses activités a notamment été observée ». Mais honnêtement, de vrais spécialistes utiliseraient-ils le fait que les activités politiques d’un groupe diminuent dans la période de juillet et août (!) comme élément d’analyse…

Résistances, pour confirmer ses analyses douteuses, se repose sur des écrits présentés comme étant ceux d’anciens de Nation mais sans en donner ni nom, ni même captures d’écran. A ce rythme, on peut affirmer n’importe quoi et le confirmer par un simple copier-coller qui provient d’on ne sait où… Drôle d’investigation, drôle de preuve, drôle de journaliste !

Résistances parle de l’apparition d’un nouveau groupe d’autonomes en Wallonie. Groupe qui n’a d’ailleurs jusqu’ici qu’une existence virtuelle. Mais n’hésite pas à mentir en prétendant qu’il s’agit d’une initiative des Autonome Nationalisten Vlaanderen. Toute personne qui s’y connaît un tant soi-peu dans le « paysage nationaliste » sait bien à quel point cette information est fausse !

Mais le sommet de tout est que, pour illustrer les soi-disant tensions qui seraient apparues au sein de Nation suite à l’affaire du « punk-SDF », Résistances publie une capture d’écran reprenant des dialogues entre supposés membres de Nation. Dialogues qui datent de juin 2013 (voir ci-dessous). C’est à dire 2 ans AVANT l’affaire. Là tout est dit !!!

1-ILLU

210900496

Antifa : flics du système !

On a récemment appris que la ministre allemande de l’éducation, de la jeunesse et des sports, Birgit Klaubert, avait financé 46 voyages en bus pour les groupes, souvent violents, d’extrême-gauche dans le cadre de manifestations « antifascistes ».

Ce financement a eu lieu avec l’argent public !

Cette info démontre bien que :

  • l’extrême-gauche, même pseudo-révolutionnaire, fait partie intégrante du système
  • ce système est prêt à tout pour contrer ses seuls vrais ennemis : les nationalistes

En lisant ceci, on comprend mieux pourquoi certains groupes gauchistes belges connaissent une telle complaisance de la police et de la justice malgré leurs actions souvent agressives et parfois très violentes.

216149_399774303410342_612356682_n

Quenelle…pardon querelle entre bobos moralisateurs !

Marcel Sel est une de ces figures de l’intelligentsia de gauche qui, dans des éditoriaux longs et pompeux, décerne des bons et mauvais points de citoyenneté et de bien-pensance.

S’il attaque régulièrement « l’extrême-droite », il ne se gêne parfois pas pour s’en prendre à ce que lui appelle « l’extrême-gauche ».

Ainsi, il a récemment vertement critiqué le fait que le PTB avait invité le rappeur Medine à sa grande fête annuelle qui doit se dérouler mi-septembre.

Il reproche à Medine un anti-sionisme suspect d’antisémitisme et surtout d’être proche de la mouvance Dieudonné.

Immédiatement, il s’est fait rappeler à l’ordre par Manuel Abramovicz, autre auto-proclamé moralisateur qui a accusé Sel de « faire un faux procès », « d’erreur de jugement », de chasse aux sorcières ».

Ce qui a provoqué une réaction virulente de l’intéressé et a permis au petit monde bobo de se faire une guéguerre virtuelle sur les réseaux sociaux.

Outre la nouvelle démonstration qu’à gauche, les égo sont à ce point démesurés qu’ils n’arrivent plus à se tolérer; cet épisode et le texte qu’il a écrit démontre que Manuel Abramovicz ne cache plus sa proximité avec le PTB qu’il défend clairement dans son texte.

Quand on sait que l’intéressé a passé sa jeunesse dans une organisation trotskiste (Ligue Révolutionnaire des Travailleurs), ennemie jurée des maoïstes du PTB. Et que cette LRT fut l’ancêtre de l’actuelle LCR (Ligue communiste Révolutionnaire) qui s’est fait récemment rouler dans la farine par le PTB (qui les a utilisé dans un cartel électoral avant de les en rejeter) ; on doit remarquer que l’intéressé n’est vraiment pas rancunier. A moins qu’il n’ait décidé de soutenir le plus fort…

bobos