Les constantes de Résistances !

Ça fait longtemps que nous suivons le site d’extrême-gauche Résistances (pour rappel, son principal animateur est devenu un des principaux défenseurs du PTB sur les réseaux sociaux).

On s’ennuyait d’ailleurs un peu depuis la longue absence de Résistances sur le web. Mais manifestement, les animateurs de ce site se sont enfin décidés à acheter la brochure « L’informatique pour les nuls » et ont finalement, après de longs mois, réussi à relancer un blog Internet.

On ignore s’ils ont enfin un peu augmenté leur nombre d’abonnés (qui s’élevait à moins de 400 en 2008) mais ce qui est certain, c’est qu’on y retrouve le même amateurisme et la même mauvaise foi qu’avant.

On en a l’illustration avec une série d’articles sur le groupe solidariste Nation et les suites d’une bagarre dans laquelle sont impliqués certains de ses membres.

On y retrouve les 5 constantes de la plupart des écrits de Résistances !

1.Résistances est obsédé !

Ainsi dans un article, il publie des articles de journaux qui datent de presque 20 ans, au sujet d’un groupe militant qui, lui, a disparu depuis 22 ans ! Tout ça car on y retrouve une personne qui, aujourd’hui est membre de Nation..,

Dans le même article, il cite le nom d’un groupe flamand : Odal Gruppe. Le hic, c’est que c’était l’Odal Groep. En fait, le rédacteur de Résistances doit croire que tous les groupes flamands utilisent des noms écrits « à l’allemande ». Étrange pour de soi-disant spécialistes de ne pas connaître l’orthographe du nom d’un groupe militant.

2.Résistances a des soucis avec l’orthographe !

Quelques exemples tirés des 3 derniers articles parus sur le site

  • La direction de NATION souhaite certainement évitée d’être diabolisée pour cette épisode judiciaire
41

Copie du texte de Résistances : 2 fautes dans la première phrase du troisième paragraphe !

  • A l’extrême droite se sont aussi les plus petits qui payent l’addition.
  • et appel même à éliminer Nelson Mandela
  • L’Assaut devient un des pilier de son Front nouveau de Belgique (FNB).

3.Résistances se trompe souvent et se contredit parfois !

Ainsi Résistances affirme « En 1993, afin d’éviter d’éventuelles poursuites judiciaires pour constitution d’une milice privée, L’Assaut va arrêter de lui-même ses activités. » Le problème est qu’en 1993, l’Assaut était déjà poursuivi depuis 1992 pour « constitution de milice privée », comme en témoignent les extraits de presse publiés dans le même article d’ailleurs… L’analyse selon laquelle la dissolution de l’Assaut avait comme but d’éviter cette procédure n’a donc pas de sens !

Résistances essaie aussi de faire un lien entre le groupe militant l’Assaut (disparu en 1993) et le mouvement politique Nation en parlant de « reconstitution de milice privée ». Le problème est que l’Assaut a été acquitté des charges concernant la « milice privée ». On peut d’ailleurs en avoir confirmation en lisant simplement l’article du défunt quotidien « La Wallonie » du 25 juin 1997, publié par Résistances lui-même… Les rédacteurs de Résistances ne lisent donc même pas leurs propres archives !

Tout au long d’un de ces articles, dans une manœuvre aussi peu subtile que vaine, Résistances essaie de donner l’impression que les militants de base sont utilisés comme de la chair à canon par les cadres du Mouvement. Le problème, c’est que les mêmes rédacteurs écrivent plus loin : « Des militants qu’ils (NDLR : les cadres de Nation) ont pourtant formé et avec lesquels, certains, se sont retrouvés dans des échauffourées contre des antifascistes à Bruxelles ». Faudrait savoir : la direction de NATION lâche ses militants ou bien les accompagne « dans des échauffourées » ?

Résistances prétend que la direction de Nation n’accompagnait pas ses militants au procès mais reconnaît la présence d’Eddy De Smedt, qui fait partie de la direction de Nation… De même, le site « partenaire » de Résistances en Flandre a publié une photo où l’on voit certains inculpés accompagnés d’autres membres de la direction de Nation, le jour même du procès !

4.Résistances ne s’y connaît en fait pas tant que ça !

Il s’entête à dire que Eddy De Smedt est le responsable bruxellois de Nation alors qu’il en est le secrétaire général depuis plusieurs mois comme en atteste encore un récent communiqué de Nation dont Résistances a eu pourtant connaissance puisqu’il le cite dans son article.

Quant aux crises internes de Nation évoquées par le site, rappelons que Résistances annonce régulièrement la proche disparition de Nation depuis maintenant près de 15 ans 😉

5.Résistances publie n’importe quoi !

Résistances reconnaît implicitement que Nation est d’habitude très actif puisqu’il écrit: « Une diminution de ses activités a notamment été observée ». Mais honnêtement, de vrais spécialistes utiliseraient-ils le fait que les activités politiques d’un groupe diminuent dans la période de juillet et août (!) comme élément d’analyse…

Résistances, pour confirmer ses analyses douteuses, se repose sur des écrits présentés comme étant ceux d’anciens de Nation mais sans en donner ni nom, ni même captures d’écran. A ce rythme, on peut affirmer n’importe quoi et le confirmer par un simple copier-coller qui provient d’on ne sait où… Drôle d’investigation, drôle de preuve, drôle de journaliste !

Résistances parle de l’apparition d’un nouveau groupe d’autonomes en Wallonie. Groupe qui n’a d’ailleurs jusqu’ici qu’une existence virtuelle. Mais n’hésite pas à mentir en prétendant qu’il s’agit d’une initiative des Autonome Nationalisten Vlaanderen. Toute personne qui s’y connaît un tant soi-peu dans le « paysage nationaliste » sait bien à quel point cette information est fausse !

Mais le sommet de tout est que, pour illustrer les soi-disant tensions qui seraient apparues au sein de Nation suite à l’affaire du « punk-SDF », Résistances publie une capture d’écran reprenant des dialogues entre supposés membres de Nation. Dialogues qui datent de juin 2013 (voir ci-dessous). C’est à dire 2 ans AVANT l’affaire. Là tout est dit !!!

1-ILLU

210900496