Manuel Abramowicz, supplétif du « FN » belge ?

Après avoir martelé pendant maintenant des années que le Front National avait disparu en Belgique francophone, sur ordre de la présidente du parti français éponyme, voilà que Manuel Abramowicz, le prétendu journaliste d’investigation qui est la risée des véritables reporters depuis qu’il s’est fait infliger une correction morale en justice l’année passée par un ancien militant de ce parti, fait volte-face et affirme, urbi et orbi, que le FN belge a ressuscité et vient de fêter ses 30 ans !

L’individu a publié voici quelques jours sur son blog une photo de cet « événement », accompagnée d’un bref commentaire. Sur cette photo, réalisée par « Manu » lui-même, qui avait été personnellement invité sur place par les organisateurs, figuraient, entre autres, parmi une dizaine de  personnes, Daniel Féret, sa plus jeune fille, qu’il ne désespère pas de pouvoir lancer un jour en politique, et un certain Alain Sadaune (à l’arrière), ancien député wallon « FN », dont la moindre des choses que l’on puisse dire au sujet de son bilan parlementaire est qu’il brille par son indigence, les annales (parlementaires) étant là pour en témoigner.

La raison de ce soutien, à première vue inattendu de la part d’un prétendu antifasciste, est simple : en collaborant activement avec le pseudo-FN belge et en se chargeant de sa promotion, Manuel Abramowicz fait d’une pierre deux et même trois coups.

En effet, une telle escroquerie politique a le grand avantage, pour un militant trotskyste tel que Manuel Abramowicz, d’être totalement inoffensive et d’occuper inutilement pour leur cause, à la fois les forces militantes et les suffrages des électeurs intéressés par ce courant politique.

En même temps, ce faisant, ce « FN » parasite occupe du terrain politique que d’autres groupes, authentiquement militants (nous pensons au parti Nation que nous on aime bien, pour rien vous cacher) pourraient utiliser autrement plus utilement.

Nation, qui se développe de plus en plus depuis l’interdiction officielle, tout à fait authentique, du FN en Belgique par Marine Le Pen en 2012, verrait dans ce pseudo-parti nationaliste, un concurrent certes inefficace sur le terrain mais susceptible de tromper les militants et les électeurs sur la marchandise en usurpant le sigle du parti français et en présentant au suffrage populaire des individus infréquentables, incompétents, moralement et parfois pénalement condamnables et condamnés.

De plus, la ré-introduction du sigle FN en Belgique par Nicotra and co pourrait constituer un obstacle à l’arrivée d’une réelle succursale du parti de Marine Le Pen dirigée par son avocat Ghislain Dubois, ainsi que le suppose Manuel Abramowicz depuis quelque temps déjà.

Enfin, le retour de ce véritable cirque politique est l’occasion pour Manuel Abramowicz de donner un coup de pouce à son « facho-business » et de faire tourner sa petite boutique trotskyste appelée « RésistanceS.be » qui lui ouvre régulièrement les portes de chaînes de télévision, malgré le manque évident de fiabilité de ses propos, par ailleurs déjà largement exposé sur ce blog.

Pour conclure, la dernière compromission de Manuel Abramowicz avec la fange du paysage nationaliste francophone démontre, elle, que l’on ne peut faire confiance ni à l’un ni aux autres.

redf8atpa3aebgdnohe6su4q03hs5_1396194759_0873animation3

Publicités