Quand ce n’est pas nous qui le disons !

C’est la guerre dans la gauche bien-pensante. Deux auto-proclamés détenteurs de la vérité quant à savoir ce qui est bien ou non s’entredéchirent par articles réciproques. A savoir Marcel Sel (essayiste, polémiste et un des auteurs des textes de l’émission radio « Votez pour moi ») et Manuel Abramowicz (autoproclamé spécialiste de l’extrême-droite et quasi-seul animateur du site Résistances).

On a oublié le problème d’origine mais ça doit avant tout être un problème d’égo surdimensionné. C’est d’ailleurs assez cocasse puisqu’ils se gaussent souvent de la désunion de « l’extrême-droite »…

Ce qui est très intéressant, c’est de voir l’analyse que font des gens de gauche (et Marcel Sel en est indiscutablement un) du site Résistances, organe de presse anti-nationaliste…

Nous citons donc, en italique, Marcel Sel qui a écrit les amabilités suivantes sur son blog au sujet d’Abramovicz.

Il se dit le « Coordinateur du web-journal de l’Observatoire belge de l’extrême droite ». Une position apparemment très officielle (« Observatoire belge… ») qui semble impliquer des choses comme une méthodologie rigoureuse, la déclaration d’un objectif sociétal, une indépendance politique. En réalité, cet observatoire au nom ronflant n’existe réellement que par son « webzine », ResistanceS, une initiative privée, qui n’implique évidemment que ses initiateurs. Mais permet aux médias de les présenter comme des experts.

Ce n’est pas la première fois qu’Abramowicz trébuche déontologiquement parlant. Pire : la méthode utilisée (culpabilité par association et insinuations) et le ton accusateur de Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau à mon égard fait furieusement penser aux méthodes appliquées par ce qu’ils combattent avec, désormais, une maladresse tragique. À notre détriment à tous.

Cette accumulation d’insultes et d’associations sulfureuses à mon égard donne l’impression que ne pas penser comme Abramowicz ou Maquestiau ou ne pas approuver leur point de vue est un de crime lèse-RésistanceS.

Cet épisode est pénible pour RésistanceS, condamné pour avoir utilisé une identité falsifiée, et critiqué une première fois par l’Association des Journalistes professionnels pour le moyen utilisé et une seconde fois pour un communiqué trompeur de Manuel Abramowicz qui avait « manipulé » une décision du Conseil de Déontologie journalistique au profit de RésistanceS.

Je voulais ainsi souligner la maladresse récurrente de « l’Observatoire belge de l’extrême droite » qui permet à ses cibles naturelles de se présenter en victimes, et démolit ses alliés objectifs (par exemple parce qu’on considère qu’on ne peut être antifasciste sans être aussi anticommuniste), donnant l’impression d’un sectarisme paranoïaque. Car les mésaventures de RésistanceS au tribunal font aujourd’hui encore mousser l’extrême droite de plaisir.

Il reste à espérer que RésistanceS se calmera, se ressaisira, reverra sa copie et, plutôt que d’appliquer des méthodes trotskistes — un camp que Manu a fréquenté dans sa jeunesse — dès que quelqu’un ose lui faire une remarque, il admettra qu’il n’y a pas de démocratie sans débat, et pas de débat sans un minimum d’ouverture à la critique et au sarcasme. Une leçon qui vaut bien un fromage, sans doute. Même si en l’occurrence, ce fromage sent un peu le ranci.

De plus, injure suprême, Abramovicz aurait soutenu que Sel avait permis, par ses écrits, au groupe Nation d’attaquer Résistances…Marcel Sel, pote avec Nation…décidément Résistances a des scoops LOL

dispute

 

 

 

 

Publicités

Comme larrons en foire !

Depuis toujours, nous affirmons que le système politique belge est une vaste pièce de théâtre dont les différentes composantes jouent des rôles pour donner l’impression au grand public qu’elles sont différentes (de gauche ou de droite) alors qu’elles n’ont qu’un seul but : protéger le système politico-financier.

Parfois par distraction ou par arrogance, ces forces n’hésitent pas à montrer leur connivence.

C’est indéniablement le cas de la conférence organisée ce vendredi par le très select « Club de Lorraine » (1.500 € la carte de membre annuelle et 55 € l’entrée..) où l’on pourra y entendre le très droitiste secrétaire d’état Theo Francken. Pour l’occasion, il sera présenté par Manuel Abramowicz, animateur d’un site anti-identitaire bien connu et auto-proclamé militant de gauche.

Mais voilà, le militant de gauche, prétendu spécialiste de l’extrême-droite, qui va présenter (pas débattre hein, bien lui « servir la soupe ») un homme qui ne cache pas ses sympathies pour des anciens VMO et ceci, dans un des clubs les plus friqués de Belgique; ça fait grincer nombre de dents à gauche…

Pour notre part, cela ne fait que confirmer que selon nous, ils sont tous copains et coquins dans la défense du système libéral occidental.

On comprend mieux pourquoi Abramovicz a, à plusieurs reprises, totalement blanchi la NVA du terme « d’extrême-droite ». Il le fait d’ailleurs aussi régulièrement pour le PP dont le président Mischaël Moodrikamen est, par le plus grand des hasards, également membre du Club de Lorraine !

 12311246_10153285320520949_7009407762776309536_nins