BSA : Bruxelles Sans Antifa ?

L’extrême-gauche bruxelloise est en pleine décrépitude.

Coincés entre le PTB, médiatiquement et électoralement incontournable qui attire leurs militants, et les échecs répétés de plusieurs de leurs initiatives, les gauchistes bruxellois affichent une bien grise mine…

La mouvance dite antifa en est une belle illustration. Voici trois ans, s’était créé une sorte de collectif informel regroupant des militants anarchistes et maoïstes en froid avec les JOC , qu’ils avaient préalablement infiltrés avant de s’en éloigner pour cause de « tiédeur activiste ».

Ce « collectif » avait tout pour réussir :

  • Un « mythe fédérateur (LOL) » : la lutte contre l’ouverture d’un local APF/Nation en plein cœur du quartier européen à Bruxelles
  • Un soutien politique et sans doute financier de certains eurodéputés d’extrême-gauche
  • Un certain relais médiatique de leurs actions

Mais tout cela pour quel résultat ?

  • La participation à leurs manifestations est passée de +- 250 participants en novembre 2016 à 25 en décembre 2017(voir photo ci-dessous)…
  • Le local de l’APF a fonctionné sans problèmes majeurs pendant 2 ans et vient de fermer uniquement à cause du montant du loyer (il semble que Nation ait simplement déménagé ailleurs)
  • Nation qui est la branche belge de l’APF, a continué à organiser tout ce qu’il voulait à Bruxelles (collages, tractage, un rassemblement le premier mai, un rassemblement contre la venue de Merkel, des conférences, des formations, etc…) et a encore rassemblé sans le moindre problème dans la capitale une centaine de personnes le 11 novembre dernier au vu et au su de tout un chacun
  • La mouvance antifa en question a implosé sans avoir pu faire fermer le local de l’APF puisque c’est en octobre 2017 que des militants regroupés autour de gauchistes italiens installés à Bruxelles, ont annoncé leur départ de ce collectif.

Il est vrai qu’entre disputes idéologiques, plans foireux (comme le 17 décembre 2016 où une action mal, voire non préparée, contre le local APF a provoqué 53 arrestations) et incapacité de faire fermer le local de l’APF (malgré y avoir consacré une énergie féroce au détriment d’autres activités politiques), les animateurs de « Bruxelles Zone Antifa » ont perdu beaucoup de crédibilité.

Si on y ajoute, le lamentable « black-block du pauvre » organisé lors de la venue de Trump à Bruxelles en Mai 2017, la perte systématique de leurs squats et le dernier « piège à cons » dans lequel les militants squatteurs les ont fait tomber le 1er novembre dernier , on peut dire que les anarcho-maoïstes de la capitale sont bien dans le creux de la vague…

Au point qu’aujourd’hui, au lieu de BZA (Bruxelles Zone Antifa), on pourrait utiliser les initiales BSA (Bruxelles Sans Antifa)…

 

bza decembre 2017

Fanfaronnade antifa (1) : Les « chasseurs » (LOL)

LOCAL-768x431

Fanfaronnade antifa 2 : les « chassés » (RELOL)

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :