Cordon sanitaire à respecter ? Pas pour tous, visiblement !

Imaginez que ce que les super-hyper-antifas de Résistances & Co écriraient, hurleraient si des représentants d’associations communautaires catholiques, protestantes ou musulmanes participaient à une manifestation ou à un rassemblement d’un groupe d’extrême-droite.

Il semblerait néanmoins que certaines violations du cordon sanitaire les scandalisent moins que d’autres !

Ainsi la participation début septembre d’une responsable du CCOJB (Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique) à un « rassemblement » à Bruxelles en soutien à Israël. Jusque là, quoi de plus normal ? Sinon que c’était organisé par un groupuscule d’extrême-droite. Et là, le mot « groupuscule » n’est pas utilisé à la légère puisque ce dimanche-là, il rassembla 17 ( !)  personnes dont une majorité provenant des milieux sionistes de Belgique et de France et non pas de leur propre parti…

Ce « parti » joue en effet à fond ce qu’il espère être sa dernière carte – le soutien inconditionnel à Israël – et va jusqu’à mettre dans sa charte qu’un de ses objectifs est de défendre Israël. Assez paradoxal, pour un parti qui se dit patriotique, de dire qu’il existe pour défendre un autre pays…Mais bon, que pourrait- attendre d’un « parti » qui utilise le mot Wallonie dans son nom mais n’amène aucun drapeau wallon dans son propre rassemblement où, par contre, le drapeau israélien avait une place de choix .

Pour en revenir à la responsable du CCOJB en question, Charlotte Gutman-Fischgrund, ce n’est certainement pas Résistances qui dénoncera sa présence à une réunion d’extrême-droite. Résistances n’est certainement pas là pour faire de la peine au CCOJB. Ca se saurait !

Enfin, on se demande si Mme Guttman-Fischgrunde a eu l’occasion de parler avec un des orateurs de ce mini-mini rassemblement au sujet de l’amitié que ce dernier entretient avec un des protagonistes d’une vidéo antisémite qui a défrayé la chronique voici quelques années et où des chansons antisémites et néagtionnistes étaient chantées.

A moins qu’il ait oublié de lui en parler…

 3840542_f496

Si ce sont les antifa qui le disent…

A plusieurs reprises, nous avions souligné sur ce site que l’association anti-nationaliste « Résistances » semblait bien plus se focaliser sur l’antisémitisme que sur les autres formes de racisme.

Ainsi dans un article en 2008, nous avions constaté la chose suivante : en tapant dans le moteur de recherche du site Résistances, l’expression « racisme anti arabe », il était repris dans 16 articles ; le mot « islamophobie » était repris dans 37 articles ; le mot « antisémitisme », lui, était repris dans 171 articles. Nous avions enfin écrit que : « s’il est de leur bon droit de se spécialiser dans la dénonciation de cette horreur que représente l’antisémitisme ; il serait sans doute plus déontologique de dire qu’il s’agit de la priorité de cet observatoire. Ce qui interpelle également est l’absence du moindre article dénonçant le racisme dont souffrent les populations arabes et palestiniennes de la part des colons et des extrémistes sionistes. »

Alors évidemment, on nous reprochera de faire un procès d’intention car nous sommes des adversaires politiques. Le problème est que manifestement, d’autres membres du camp « antiraciste » semblent avoir la même analyse.

Nous l’avions déjà évoqué dans un article en juillet 2012.

Mais un nouvel exemple de « tir ami » se présente. En effet, l’animateur de la page Facebook « Front National Antifasciste », dont nous avions déjà évoqué des écrits très « antifascistement incorrects » , égratigne sérieusement Résistances dans une de ses publications Facebook : « A quand des rollmops d’or pour Résistances.be et le CECLR (NDLR : Centre pour l’égalité) qui ne font RIEN contre l’islamophobie, ligotés par les sionistes bien camouflés ? »

Front National Antifasciste, curieux nom. Surtout qu’avec de tels commentaires, ce front fait plus national qu’antifasciste…

Dénazifié par ricochet ?

Le Parti populiste a une nouvelle scission. Elle s’appelle LA DROITE et est animée par un certain Aldo-Mungo dont la presse a très récemment, et de manière fort « opportune » , rappelé les démélés judiciaires liés à des affaires financière. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir qui a fourni ces douments à la presse et pourquoi ? Mais ceci est une autre affaire !

Nous parlons de cet énième groupe populiste car dans un article de l’Avenir, un des « auto-proclamés spécialistes » de l’extrême-droite lave la (nouvelle ? lol) DROITE de l’injure suprême : « la droite n’est pas un parti fasciste ». C’est officiel puisque c’est quelqu’un de RésistanceS (site spécialisé dans la lutte contre le nationalisme) qui le dit !

Le problème est qu’Aldo-Mungo a pris la parole, en décembre 2010, aux Assises sur l’islamisation organisées en France par le Bloc Identitaire ! Et qu’on parle régulièrement de lui sur le site d’information Novopress, qui dépend du même Bloc Identitaire…

Donc, par rapport à la prise de position de RésistanceS, il y a deux options !

Soit Résistances pratique le deux poids, deux mesures en faveur d’Aldo-Mungo ? Pour quelles raisons ? Peut-être en rappport à l’inconditionnel appui de ce dernier à la politique de l’Etat d’Israël ?

Soit tout simplement, et nous pensons que c’est le plus probable, car RésistanceS reconnaît enfin que la mouvance identitaire n’est pas fasciste !

Et comme RésistanceS qualifie, lui-même, le Mouvement NATION de ce terme d’identitaire; il reconnaît par là-même que NATION, non plus, n’est pas fasciste…

Gageons que les responsables de ce Mouvement ne se priveront pas de répercuter cette intéressante analyse 🙂

Les antifa-chés entre eux (2)

La même semaine, d’autres membres du « peuple de gauche » se sont laissés aller à des commentaires bien peu solidaires vis-à-vis de leurs petits camarades. En effet, la décision de la chambre du conseil de renvoyer en correctionnelle, deux responsables de l’association ResistanceS, dont Manuel Abramowicz, n’a non seulement pas déclenché une extraordinaire vague de solidarité mais semble même en faire franchement marrer quelques-uns.

Ainsi Olivier Mukuna, qui a travaillé pour les quotidiens Le Matin, La Dernière Heure, l’hebdo Le Journal du Mardi, a collaboré à la RTBF et à La Libre Match où il a collaboré avec Michel Bouffioux (lui-même « antifasciste » dans l’âme).

Mukuna s’est donc fendu d’un long texte où il pourfend Manuel Abramowicz et toute l’équipe de RésistanceS. Ici aussi, quelques morceaux choisis.

  • A force de se vautrer dans la délation et l’incompétence poussant à voir des «nazis» partout, Manuel Abramowicz se rapproche de la condamnation judiciaire
  • Confondant, à nouveau, leur militantisme hystérique et délatoire avec l’exercice sérieux du journalisme …
  • Beaucoup, dont l’auteur de ces lignes, ont connu le charlatan Abramowicz infiniment moins “timide” dans la citation ad hominem comme l’amalgame de noms tous azimuts, sous prétexte de “lutte contre l’extrême-droite”
  • On se souviendra aussi des diffamations de Manuel Abramowicz contre l’ex-chercheur de l’ULB, Souhail Chichah ( 4), le porte-parole d’Egalité, Nordine Saïdi (5 ) ou l’essayiste Abdellah Boudami (4).
  • Ossature branlante de défense de nos deux antifascistes de pacotille mais vrais faussaires médiatiques.

Rappelons pour terminer et pour être complet que Olivier Mukuna est connu pour être un supporter de Dieudonné dont l’antisionisme n’est un secret pour personne. Ce qui semblerait démontrer que pour certaines personnes originaires de la diversité, RésistanceS est perçu comme une officine ne traitant pas tous les racismes de la même manière.

Résistances a perdu un article !

Récemment, les comiques troupiers de Résistances nous avaient gratifié d’un délirant article sur les liens entre Nordine Amrani, le tueur de Liège et…l’extrême-droite !

Oui, oui, vous avez bien lu.

Bon, il est évident qu’il passe moins bien comme « défenseur de la race blanche » que le tueur psychopate norvégien Anders Bervik…mais Résistances avait néanmoins trouvé LE lien. Il aimait les armes ! Et donc en suivit un article dont ils ont le secret où ils appliquèrent leur règle bien connue : tu es membre d’un stand de tir dont est membre X qui connait lui même Y…donc tu es un proche de Y !

Nous avions bien remarqué que les limiers antifascistes ne semblaient guère certains de leur fait puisque les noms des personnes, qui auraient été de droite et qui auraient croisé Amrani dans l’un ou l’autre stand de tir, n’étaient représentés que par des initiales… 

Et ce jeudi 19 janvier, l’article semble avoir disparu !

Trois options :

  • le webmaster de Résistances s’est une fois de plus planté
  • ils se sont aperçus que certains éléments étaient foireux et ont peur d’une action en justice de l’une ou l’autre personne mise en cause
  • même dans la mouvance antifa, cet article a dû paraître nullissime