Un 1er mai antifa…bien terne !

Toujours pas remis du cortège du 1er mai 2013 du Mouvement NATION ni de la leçon administrée dans le centre de Bruxelles lors des incidents de début avril, la mouvance antifa avait décidé de se mobiliser contre l’extrême-droite en général et contre NATION en particulier ce 1er mai.

Résultat pour le moins mitigé puisque les JOC (ex Jeunesses Ouvrières Chrétiennes devenus Jeunes Organisés et Combattifs), les Comités d’Action Européenne, l’USE (Union Syndicale Etudiante, en fait la branche « étudiants » des jeunes FGTB) n’ont réussi qu’à rassembler environ 200 personnes. Dont un certain nombre de ressortissants européens, de militants d’origine sud-américaine et même d’une délégation de marxistes turcs purs et durs qui n’avaient pas hésité à venir, pour certains, avec un casque et un mat de drapeau dont ils ne prenaient même pas la peine de déployer le drapeau tant  la vraie destination de ce bâton était évidente.

N’oublions évidemment pas les inévitables Black Blok version belge et tellement comique, masqués jusqu’aux yeux et également casqués pour certains d’entre eux !

Bref, beaucoup de blabla pour pas grand-chose ! Même si à l’issue du rassemblement, des tracts furent distribués appelant à aller perturber le rassemblement électoral que tenait NATION dans son local bruxellois, situé non loin de là (et qui lui rassemblait une centaine de militants); il n’y eut aucune vraie réaction des extrémistes de gauche au rassemblement public de NATION du premier mai qui semble donc devenir une bonne habitude !

Jeunes antifa bien démocrates et pacifistes comme l'indique le casque, le drapeau même pas déroulé et les pancartes au manche bien solide !

Antifa venus d’ailleurs, bien démocrates et pacifistes comme l’indique le casque, le drapeau même pas déroulé et les pancartes au manche bien solide !

 

Au tribunal aussi : antifaahahah !

Peu de monde ignore désormais que Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau, respectivement tantôt « coordinateur » ou « rédacteur en chef » (c’est la même chose que « président » mais ça sonne moins autoritaire) et porte-parole de l’officine trotskiste RésistanceS.be, comparaissent devant les juridictions répressives de Bruxelles, pour y répondre, entre autres, de port public de faux nom (en langage courant: usurpation d’identité) et de violation de la loi relative à la protection de la vie privée, au détriment d’un ancien militant du Front National belge.

Ceux qui, toutefois, n’avaient pas pris la peine de se déplacer ce mardi 25 février jusqu’à la salle d’audience où siège la 61ème chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, présidée par la juge Anne-Françoise de Laminne de Bex, ont manqué un épisode d’anthologie.

C’est que ni Laurent Arnauts, sempiternel conseil de Manuel « Manu » Abramowicz et de son acolyte, le fidèle Julien Maquestiau, ni leur nouvel avocat appelé à la rescousse, le vénérable Jacques Englebert, n’avaient, cet après-midi-là, pas plus que leurs clients, fait le déplacement jusqu’au Palais de Justice.

Ils avaient envoyé à leur place au casse-pipe un jeune stagiaire de Laurent Arnauts qui a réussi à battre le record, pourtant peu envié, de l’avocat qui ferait sortir de ses gonds le plus rapidement possible l’imposante magistrate, notoirement connue pour faire entendre sa voix de stentor jusque très loin dans les couloirs de la vénérable bâtisse. Ne manquant pas l’opportunité qui lui était offerte de faire d’une pierre deux coups, le jeune avocat est également arrivé à indisposer par la même occasion la magistrate qui représentait le Ministère public à cette audience : le substitut du procureur du Roi, Julie Feld. Cette dernière n’est pourtant rien d’autre que l’ancienne avocate du Centre pour l’Égalité des Chances (auquel a appartenu l’un des défendeurs)…

Il faut dire que, pour cela, le conseil de Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau n’avait pas lésiné sur les moyens : c’est un véritable dialogue de sourds digne des meilleures pièces de théâtre de boulevard qu’il avait entrepris avec la juge Anne-Françoise de Laminne de Bex. Pendant que cette dernière s’efforçait de lui faire comprendre qu’en tant qu’avocat des prévenus (Abramowicz et Maquestiau, donc), il était censé conclure en premier en répondant aux préventions du chef desquelles ses clients étaient amenés à comparaître devant le tribunal, il s’obstinait à demander que la partie civile conclue en premier, pour qu’il puisse ensuite lui répondre.

Sûrement que l’angoisse d’avoir, en face de lui, pour défendre les intérêts de l’ancien militant du FN, le ténor bruxellois Sébastien Courtoy, qui pour l’occasion riait bien sous cape, devait contribuer à faire perdre ses moyens au remplaçant de Laurent Arnauts, mais cela faisait tout de même bien longtemps qu’un tel numéro n’avait été offert au public habitué à la 61ème chambre correctionnelle.

Le grand plaideur, qui ne rêvait, déclara-t-il, que d’une chose : encadrer le magistral arrêt envoyant s’asseoir sur le banc des prévenus les sieurs Abramowicz et Maquestiau, n’en finissait plus de compter les coups que la présidente du tribunal infligeait au jeune avocat, lorsque finalement, après un bon quart d’heure, le substitut Julie Feld, prise de pitié, sans doute, décida de mettre fin à son calvaire en proposant un calendrier de dépôt de conclusions qui satisfaisait à la fois le Tribunal et les parties.

Plaidoiries fixées au 25 mars 2014. D’ici-là, peut-être que les couloirs du Palais de Justice de Bruxelles raisonneront encore de la chaude voix de la présidente de la 61ème chambre, si d’aventure, la défense des sieurs Abramowicz et Maquestiau lui réservait un nouveau numéro désopilant dont elle semble bien décidément avoir le secret.

Les gentils antifa à l’oeuvre !

Samedi, une manifestation d’extrême-gauche a eu lieu à Lyon.

Quelques extraits du texte de l’AFP rappelle le côté démocrate, tolérant et non-violent des ces groupes gauchistes :

« Dans le cortège, encadré par un important déploiement de gendarmes mobiles et de CRS, les drapeaux de la CGT, du Front de Gauche, du PCF, de Solidaires et de la FSU voisinaient avec les militants anarchistes, visage parfois masqué d’un foulard. »

« Malgré un face à face un peu tendu entre les manifestants et les forces de l’ordre dans une rue huppée du centre-ville, à mi-parcours, aucun incident n’a perturbé la manifestation. Les organisateurs s’étaient aussi dotés d’un dissuasif service d’ordre, armé de manches de pioche. »

Le même jour, à Nantes, quelques centaines de ces gentils antifa ont dévasté le centre de Rennes (voir ci-dessous)

Résistances devant le tribunal !

Les observateurs attentifs du Palais de Justice de Bruxelles commencent à avoir l’habitude d’y voir circuler Manuel « Manu » Abramowicz, désormais toujours flanqué de son fidèle Julien Maquestiau, qui le suit un peu partout dans ses errements au sein de la vénérable bâtisse, qu’ils arpentent depuis quelque temps déjà, au gré de leurs défaites judiciaires successives, qui les rapprochent de plus en plus de la condamnation pénale définitive.

Après la Chambre du conseil, puis la Chambre des mises en accusation, et enfin la Cour de cassation, c’est devant le juge répressif lui-même que l’inénarrable duo a comparu ce mardi 28 janvier, pour y répondre, notamment, de port public de faux nom.

Afin de les réconforter dans cette douloureuse aventure – bienvenue au club, les gars ! -, ces deux compères, qui jadis se réjouissaient chaque fois qu’un militant nationaliste devait répondre de ses opinions devant la justice, avaient appelé à l’aide le ban et l’arrière-ban de tout ce que la presse peut trouver de journalistes « engagés », mais aussi de militants sionistes, trotskistes et anti-faaasciiistes, que l’on peut mobiliser un mardi après-midi.

Ainsi, l’ancien journaliste de la RTBF Jean-Claude Defossé avait été sorti du formol dans lequel l’avait plongé son mandat de député bruxellois arraché à ECOLO pour venir, clopin-clopant, soutenir son camarade.

A l’autre bout du spectre idéologique, on pouvait également compter dans le public quelques militants du mouvement NATION, qui assistaient, goguenards, au spectacle de leur meilleur ennemi aux prises avec Dame Justice.

C’est que les méthodes journalistiques de l’officine trotskiste « RésistanceS.be », dont les deux prévenus sont respectivement président et porte-parole, les conduisent aujourd’hui à devoir s’expliquer, depuis le banc des prévenus, sur l’usage, via le réseau social Facebook, de la fausse identité d’une jeune et jolie femme blonde, d’idéologie nationaliste, employée afin de traquer les faits et gestes d’un ancien militant du Front National belge.

Pour tenter de limiter les dégâts, et peu satisfaits sans doute des prestations de leur conseil de toujours, Me Laurent Arnauts – sur ce coup-là, on les comprend -, Manuel « Manu » Abramowicz et son fidèle Julien Maquestiau avaient requis, en sus, l’assistance de Me Jacques Englebert, professeur de droit des médias à l’ULB, qui s’est empressé de demander au tribunal correctionnel un délai pour pouvoir répondre aux multiples arguments développés jusque-là, à bon droit, par la partie adverse,

Ils espèrent sans doute que ce vénérable pontife arrivera à les tirer du méchant guêpier dans lequel leur arrogance et leur infatuation les a plongés.

En attendant, « Manu » ne doit pas être très rassuré quant à son avenir judiciaire car il nous est revenu qu’il passerait l’essentiel de son temps libre à appeler tout son carnet d’adresses afin de trouver un moyen de coincer l’ignoble bête immonde de service qui est arrivée à l’envoyer devant le tribunal correctionnel…

Suite au prochain épisode !

Soyez démocrates…ou ils tirent !

Ce qui est fascinant chez les antifa, c’est cette capacité à réclamer de limiter la liberté…au nom de la liberté.

La preuve en est un appel publié sur facebook fin novembre etintitulé : « A quand des sanctions exemplaires et l’interdiction des extrémistes ? »

Tout est dans le titre : « des sanctions exemplaires » ! Lesquelles et pour quel délit ? 10 ans de prison pour ne pas avoir voté à gauche ?

Mais aussi « l’interdiction des extrémistes » ! Pas l’interdiction des partis ou des groupes extrémistes : l’interdiction des extrémistes ! Rien moins que cela !

Vous êtes extrémistes ! Vous serez donc interdit ! Mais comment interdire quelqu’un ?

A moins que les sanctions imaginées par nos amis antifa ne soient pas qu’exemplaires mais doivent aussi être radicales ? Comme la peine de mort ? On se demande même si ce titre ne serait pas le prémice d’un appel au génocide des extrémistes ? Tout cela ne mériterait-il pas une plainte préventive devant le Tribunal Pénal International ?

Mais bon, ne nous inquiétons pas trop !

D’abord car pour interdire  ce qu’ils prétendent être des extrémistes, ils devraient pouvoir les reconnaître. Et là, il y a  encore du travail puisque dans le texte en question, l’auteur confond deux des dirigeants de NATION puisqu’elle prête à Hervé Van Laethem, une présence à une action où il n’était pas et un discours dont tout le monde sait qu’il a été tenu par une autre personne. Gênant pour des gens qui se prétendent « spécialistes de l’extrême-droite »…

Ensuite car cet appel a reçu 3 signatures (dont celle de l’auteur). On ne peut donc dire que cette demande rencontre un soutien populaire réel J

Ah oui, pendant ce temps-là, des mouvements, dits extrémistes, comme NATION organise des maraudes sociales pour les SDF. Il est vrai que sur ce terrain-là, on ne voit que rarement les antifa. C’est vrai que pour eux, peu importe que des gens soient à la rue ! Tant qu’ils vivent en démocratie !

Antifa_kl

Paf sur le nez…

A l’issue d’une manifestation contre le mariage gay à Montpellier, des militants d’extrême-gauche ont essayé d’agresser des participants.

Mal leur en a pris, ils ont choisi des militants de la Ligue du Midi dont la « combativité » est bien connue.

Résultat, les agresseurs gauchistes en ont été pour leur frais et sont repartis plutôt penauds. Pour aussitôt changer les rôles et aller raconter sur INTERNET qu’ils ont été victimes d’une agression.

Ils confirment en tous cas qu’ils ont reçu une sévère correction puisque selon leurs propres dires, neuf ‘antifa » ont été blessés dont quatre ont reçu attelle, points de suture et jours d’incapacités de travail.

Et oui camarades, la révolution n’est pas un diner de gala !

De vraies têtes d'innocents craignant une agression...

De vraies têtes d’innocents craignant une agression…

Manif pour le droit de manifester, sauf pour : …

Ce 27 octobre, le ban et l’arrière-ban de l’extrême-gauche appelait à manifester contre les Sanctions Administratives Communales.

Les médias, très complaisants, parlent de 2000 participants. Le nombre de manifestants doit sans doute être revu à la baisse (+-1000) mais on doit se souvenir que ce sont 90 organisations qui appelaient à la manifestation. Ce qui fait entre 10 et 20 personnes par association…

Le cocasse est que pour des gens qui appellent au droit de manifester, il est à noter qu’ils ont cherché à empêcher certains autres de le faire ! En effet, une vingtaine d’activistes du TAK (comité d’action linguisitique flamand) voulaient participer à ce défilé puisque ce groupe est lui-même une victime récurrente de ce genre d’amendes communales.

Par naïveté ou par bravade, ils pensaient que le fait de se dire « ni de gauche ni de droite » suffirait à les faire accepter par les organisateurs.

Mal leur en pris car manifestement, à l’exception de quelques intellectuels de gauche flamands dont les militants du Vlaams-Socialistische Beweging-nationalistes flamands de gauche (et le PTB dont certains membres discutèrent un bon moment avec les nationalistes flamands), le reste de l’extrême-gauche les considère bel et bien comme des «fascistes». Et les a traités comme tel en les maintenant à l’arrière de la manifestation.

En effet, un « service d’ordre » improvisé composé de quelques « ados » en manque de sensation portant la version la plus « IN » du black-bloc branché leur a fait face un long moment, retardant d’autant le départ de la manifestation.

Vilaine peau, timidité ou faux vrais durs ?

Vilaine peau, timidité ou faux vrais durs ?

Finalement, ce sera la police qui va séparer les deux groupes et permettre au TAK de suivre à distance le cortège.

A noter que si l’excuse de cette « intolérable intolérance » était que les organisateurs avaient affaire à de non-démocrates, on peut s’étonner alors que dans les rangs du service d’ordre se trouvait quelqu’un porteur d’un drapeau du Secours Rouge, organisation de soutien aux terroristes marxistes du monde entier et, accessoirement, des assassins des Cellules Communistes Combattantes. A côté de ça, les activistes du TAK étant, reconnaissons-le, de paisibles poètes.

A gauche, le porte-drapeau du fan-club des assassins des CCC

A gauche, le porte-drapeau du fan-club des assassins des CCC

Mais à gauche, le mot démocratique, comme le mot tolérance, est souvent à géométrie variable…

Cordon sanitaire à respecter ? Pas pour tous, visiblement !

Imaginez que ce que les super-hyper-antifas de Résistances & Co écriraient, hurleraient si des représentants d’associations communautaires catholiques, protestantes ou musulmanes participaient à une manifestation ou à un rassemblement d’un groupe d’extrême-droite.

Il semblerait néanmoins que certaines violations du cordon sanitaire les scandalisent moins que d’autres !

Ainsi la participation début septembre d’une responsable du CCOJB (Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique) à un « rassemblement » à Bruxelles en soutien à Israël. Jusque là, quoi de plus normal ? Sinon que c’était organisé par un groupuscule d’extrême-droite. Et là, le mot « groupuscule » n’est pas utilisé à la légère puisque ce dimanche-là, il rassembla 17 ( !)  personnes dont une majorité provenant des milieux sionistes de Belgique et de France et non pas de leur propre parti…

Ce « parti » joue en effet à fond ce qu’il espère être sa dernière carte – le soutien inconditionnel à Israël – et va jusqu’à mettre dans sa charte qu’un de ses objectifs est de défendre Israël. Assez paradoxal, pour un parti qui se dit patriotique, de dire qu’il existe pour défendre un autre pays…Mais bon, que pourrait- attendre d’un « parti » qui utilise le mot Wallonie dans son nom mais n’amène aucun drapeau wallon dans son propre rassemblement où, par contre, le drapeau israélien avait une place de choix .

Pour en revenir à la responsable du CCOJB en question, Charlotte Gutman-Fischgrund, ce n’est certainement pas Résistances qui dénoncera sa présence à une réunion d’extrême-droite. Résistances n’est certainement pas là pour faire de la peine au CCOJB. Ca se saurait !

Enfin, on se demande si Mme Guttman-Fischgrunde a eu l’occasion de parler avec un des orateurs de ce mini-mini rassemblement au sujet de l’amitié que ce dernier entretient avec un des protagonistes d’une vidéo antisémite qui a défrayé la chronique voici quelques années et où des chansons antisémites et néagtionnistes étaient chantées.

A moins qu’il ait oublié de lui en parler…

 3840542_f496

Antifaland, cet univers impitoyable !

spectacle_10347Il est typique chez les inquisiteurs de finir par s’épurer entre eux ! Rappelons-nous le révolutionnaire Danton qui se fera guillotiner pour « tiédeur » de par les œuvres de Robespierre…

Même si c’est à des gens de bien bien moins d’envergure que l’on a à faire ici, il s’en va un peu de même pour les antifa belges. Oh c’est moins sanglant aussi car chez ces gens-là, on n’exécute que virtuellement…comme tout le reste d’ailleurs !

Ainsi nos habituels peids-nickelés de l’antifascisme virtuel se déchirent sur facebook pour savoir lesquels sont des clowns (nous citons) où lesquels sont des « crypto-sionistes ». Oui oui, comme on disait dans les heures les plus sombres de notre histoire (horresco referens) !

Quelques exemples choisis (et garantis authentiques – orthographe et syntaxe d’origine)

Quand le côté antifa à l’ancienne, et bien coco, critique la nouvelle vague bobo et intellectuelle à 2 balles

  • Jean-Philippe Guillaume écrit: « Un groupe de cryptos qui passe son temps à traquer les antifas, très dangereux, à éviter à tous prix, bourré de fachos, de cryptos, leaders sionistes, anars douteux et surtout la marylinn fisher une dangereuse cinglée
  • Jean-Philippe Guillaume écrit : « Louis Mboté me traque moi, mes enfants, mes ex, chaque com il me trolle »

De leur côté, les « bobos » répondent vertement

  • Louis Désiré Mboté écrit : « J’ai la preuve que c’est bien jean philippe guillaume qui a donner l’occasion a nation de faire des articles pour critiquer les antifas suite a la contre manifestation du premier mai,facile de dire que je suis un facho et que je donne l’occasion a nation de faire des articles….. »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « En fait Guillaume s’est exposé tout seul, harangué par je ne sais qui, et face à des crétins nés en plus ! Ou il n’a aucune connaissance du militantisme et de certaines facettes pour le moins importantes à connaître, ou il est complètement con ou il est là pour discréditer les antifas. A savoir que ses commentaires, ses attitudes quelconques, son idée de la chose, ses initiatives n’engagent jamais que lui et non les antifas en général. Si ce n’est au local où il vit et évolue, il n’a pas un impact quelconque sur l’antifascisme belge, où nous ne connaissons pas forcément mais où il y a une façon de procéder … J’avais vu à l’époque ses commentaires, ça n’engage que lui, à titre personnel, je n’avais jamais vu ça de ma vie. Les Nation peuvent se moquer de lui, qu’il s’assume ce n’est pas mon problème mais je me demande dans quelle mesure et pourquoi ceci se passe … …
  • Louis Désiré Mboté écrit : « j’ai toujours été en désaccord avec les idées de manifestations de jean philippe guillaume. sachant très bien que ses actions sont bidon et donne juste a l’extrême droite l’occasion de faire tous leurs articles bidon…au final ce mec ne fait que du tort a la cause et sa semble normal! »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « Guillaume Demauvaisefoi use de mensonges, de propos diffamatoires et se victimise, tout en prétendant que NOUS qualifions de fachos, d’autres personnes indéterminées. Généralement, je détermine bien qui est un facho ou pas. Ce qui semble le gêner. Je ne vais pas me qualifier d’honnête, je laisse à d’autres ce soin, mais j’observe que ce sont des gens particulièrement honnêtes, bien informés, incorruptibles je dirai, qui sont attaqués peu courageusement, ignominieusement. »
  • Louis Désiré Mboté écrit : « je ne reparle pas du sujet par rapport a nous (membres de cette page) mais bien par rapport au sujet qu’il porte du tort a la cause! il a l’art de faire passer les antifas pour des cons….depuis quand les antifas soutiennent collon ou bricmont ou alors manifestent a coup de vuvuzela et jet d’oeufs? je parle d’infiltrations et de zizanie,car il suffit de voir son pote jean pierre van dooren qui tente de foutre la merde sur la page résistance car son ami jean philippe guillaume a été éjecter. »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « No pasaran et bien c’est pour tout ceux qui ont un problème avec l’antifascisme … Oui Louis, ils peuvent tenter de nous nuire mais le plus important c’est que nous les empêchions de nuire à la cause … Ils insinuent le doute parmi les plus crédules, se font aider par des plus mal intentionnés encore qu’eux … Ils ne savent pas ce qu’est le militantisme, on va leur apprendre ! »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « Pourquoi n’a-t-il pas répondu notamment à Hervé Van Laethem depuis le premier mai dernier ? Pourquoi Guillaume a laissé ces gens extrêmement bêtes venir l’insulter sans leur donner une réponse facile à donner tout de même et adéquate ? Quelle utilité ? Pourquoi ses post étaient-ils si cons ? Pourquoi quand il se dit insulté par nous quand nous lui disons la vérité, il nous fait un foin d’encre ? Pourquoi nous harcèle-t-il évidemment là où nous ne sommes pas forcément, nous insulte-t-il, nous discrédite-t-il ? Tandis que le quidam qui passe voit ses conneries pseudo antifascistes sur un évent qui lui appartient … Est-il tellement crétin qu’il est capable de se mettre en avant, de s’exposer je l’ai déjà dit, pour passer pour l’idiot de service et donner l’impression que nous lui ressemblons tous en Belgique ? »

Echanges direct avec «Guillaume »

  • Tu sais ce qu’elle te dit « la bourgeoise bien propre sur elle » (dont tu ne connais Rien de ses implications et encore moins de ses combats anti bourges entre autres! Et qui nous ont fait nous croiser sur le terrain, très certainement!)… Que tu viens de perdre tout le crédit qu’elle accordait à ce site dont « l’intention » dépasse, et de loin, de très loin la méthode!… Tu te sens visé? C’est ton problème. RIEN n’est défendable sur le fait de relayer n’importe quoi, mais SURTOUT de défendre une publication qui n’apporte Rien, même pas le début d’une réflexion… « Publication Éducative »???? Par l’absurde alors… Pas la meilleure méthode pédagogique que j’aie connue…Tu te braques sur ma réaction. Pourquoi? Poses-toi la question et continue à te repaître de ce QUI TE FAIT BANDER, toi (quittant le vocabulaire bourgeois pour te rejoindre dans le tien) …Moi je viens de comprendre que je n’ai plus rien à faire avec une telle philosophie de la lutte antifa…Nous n’ avons décidément pas les mêmes valeurs.

Il y en a un qui craque

  • Néo croquant écrit : « Décidément dimanche soir était mon jour de « gloire » ,après le Mboté qui me fait un procés d’intention ,voici que ça continue ici ,ras les C … »

Et une louche sur Résistances

  • Louis Désiré Mboté écrit : « Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu’elles proviennent de ResistanceS.be, l’Observatoire belge de l’extrême droite…par contre résistance oublie souvent de dire merci publiquement au militants qui leur donne des infos….. »

Et pendant ce temps-là, dans la vraie vie, en Wallonie et à Bruxelles, les « grands méchants » de NATION font ce qu’ils veulent, quand ils le veulent et où ils le veulent !

Si ce sont les antifa qui le disent…

A plusieurs reprises, nous avions souligné sur ce site que l’association anti-nationaliste « Résistances » semblait bien plus se focaliser sur l’antisémitisme que sur les autres formes de racisme.

Ainsi dans un article en 2008, nous avions constaté la chose suivante : en tapant dans le moteur de recherche du site Résistances, l’expression « racisme anti arabe », il était repris dans 16 articles ; le mot « islamophobie » était repris dans 37 articles ; le mot « antisémitisme », lui, était repris dans 171 articles. Nous avions enfin écrit que : « s’il est de leur bon droit de se spécialiser dans la dénonciation de cette horreur que représente l’antisémitisme ; il serait sans doute plus déontologique de dire qu’il s’agit de la priorité de cet observatoire. Ce qui interpelle également est l’absence du moindre article dénonçant le racisme dont souffrent les populations arabes et palestiniennes de la part des colons et des extrémistes sionistes. »

Alors évidemment, on nous reprochera de faire un procès d’intention car nous sommes des adversaires politiques. Le problème est que manifestement, d’autres membres du camp « antiraciste » semblent avoir la même analyse.

Nous l’avions déjà évoqué dans un article en juillet 2012.

Mais un nouvel exemple de « tir ami » se présente. En effet, l’animateur de la page Facebook « Front National Antifasciste », dont nous avions déjà évoqué des écrits très « antifascistement incorrects » , égratigne sérieusement Résistances dans une de ses publications Facebook : « A quand des rollmops d’or pour Résistances.be et le CECLR (NDLR : Centre pour l’égalité) qui ne font RIEN contre l’islamophobie, ligotés par les sionistes bien camouflés ? »

Front National Antifasciste, curieux nom. Surtout qu’avec de tels commentaires, ce front fait plus national qu’antifasciste…