« Antifa » : ils font plus que jamais partie du système !

L’extrême-gauche aime bien jouer aux « anti-flics » et « anti-système » même si on sait bien qu’ils sont les meilleurs collabos du système politico-financier dans lequel nous vivons.

Le savoir est une chose, c’est mieux de le démontrer.

Commençons par le groupe anti-nationaliste Résistances qui, voici quelques temps, reconnaissait dans un de ses propres articles qu’il avait des contacts avec les services de renseignement. Et bien manifestement, il a aussi des contacts dans le monde judiciaire comme le prouve une info qu’il vient de publier ce 7 juillet sur sa page Facebook : à savoir que les militants du mouvement solidariste Nation, qui avaient été interpellés le 1er juin après une rixe qui les avaient opposé à un « punk à chien sans le chien », allaient comparaître devant le tribunal le 1er septembre.

Le hic, c’est que renseignement pris, les intéressés n’ont toujours pas reçu de convocation…La question est donc : comment Résistances connaît-il la date de comparution puisque le groupe n’est en rien partie prenante de cette affaire ? Poser la question est y répondre !

L’autre exemple est illustré par cette photo des JOC, groupe violent d’extrême-gauche en pleine action anti Nation et anti-police à proximité de la maison communale de Bruxelles. On y voit Thomas Englert, théorique grand mangeur de flic, en grande conversation bien cool avec deux de ces flics soi-disant abhorrés (dont un en civil). Et cette photo, tirée de leur propre mur Facebook, a été faite depuis les bâtiments de la ville de Bruxelles…

englebert polbru

Bien gentil avec la police et avec des potes à la ville de Bruxelles, on comprend mieux l’impunité des JOC !