Quand ce n’est pas nous qui le disons !

C’est la guerre dans la gauche bien-pensante. Deux auto-proclamés détenteurs de la vérité quant à savoir ce qui est bien ou non s’entredéchirent par articles réciproques. A savoir Marcel Sel (essayiste, polémiste et un des auteurs des textes de l’émission radio « Votez pour moi ») et Manuel Abramowicz (autoproclamé spécialiste de l’extrême-droite et quasi-seul animateur du site Résistances).

On a oublié le problème d’origine mais ça doit avant tout être un problème d’égo surdimensionné. C’est d’ailleurs assez cocasse puisqu’ils se gaussent souvent de la désunion de « l’extrême-droite »…

Ce qui est très intéressant, c’est de voir l’analyse que font des gens de gauche (et Marcel Sel en est indiscutablement un) du site Résistances, organe de presse anti-nationaliste…

Nous citons donc, en italique, Marcel Sel qui a écrit les amabilités suivantes sur son blog au sujet d’Abramovicz.

Il se dit le « Coordinateur du web-journal de l’Observatoire belge de l’extrême droite ». Une position apparemment très officielle (« Observatoire belge… ») qui semble impliquer des choses comme une méthodologie rigoureuse, la déclaration d’un objectif sociétal, une indépendance politique. En réalité, cet observatoire au nom ronflant n’existe réellement que par son « webzine », ResistanceS, une initiative privée, qui n’implique évidemment que ses initiateurs. Mais permet aux médias de les présenter comme des experts.

Ce n’est pas la première fois qu’Abramowicz trébuche déontologiquement parlant. Pire : la méthode utilisée (culpabilité par association et insinuations) et le ton accusateur de Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau à mon égard fait furieusement penser aux méthodes appliquées par ce qu’ils combattent avec, désormais, une maladresse tragique. À notre détriment à tous.

Cette accumulation d’insultes et d’associations sulfureuses à mon égard donne l’impression que ne pas penser comme Abramowicz ou Maquestiau ou ne pas approuver leur point de vue est un de crime lèse-RésistanceS.

Cet épisode est pénible pour RésistanceS, condamné pour avoir utilisé une identité falsifiée, et critiqué une première fois par l’Association des Journalistes professionnels pour le moyen utilisé et une seconde fois pour un communiqué trompeur de Manuel Abramowicz qui avait « manipulé » une décision du Conseil de Déontologie journalistique au profit de RésistanceS.

Je voulais ainsi souligner la maladresse récurrente de « l’Observatoire belge de l’extrême droite » qui permet à ses cibles naturelles de se présenter en victimes, et démolit ses alliés objectifs (par exemple parce qu’on considère qu’on ne peut être antifasciste sans être aussi anticommuniste), donnant l’impression d’un sectarisme paranoïaque. Car les mésaventures de RésistanceS au tribunal font aujourd’hui encore mousser l’extrême droite de plaisir.

Il reste à espérer que RésistanceS se calmera, se ressaisira, reverra sa copie et, plutôt que d’appliquer des méthodes trotskistes — un camp que Manu a fréquenté dans sa jeunesse — dès que quelqu’un ose lui faire une remarque, il admettra qu’il n’y a pas de démocratie sans débat, et pas de débat sans un minimum d’ouverture à la critique et au sarcasme. Une leçon qui vaut bien un fromage, sans doute. Même si en l’occurrence, ce fromage sent un peu le ranci.

De plus, injure suprême, Abramovicz aurait soutenu que Sel avait permis, par ses écrits, au groupe Nation d’attaquer Résistances…Marcel Sel, pote avec Nation…décidément Résistances a des scoops LOL

dispute

 

 

 

 

« Antifa » : ils font plus que jamais partie du système !

L’extrême-gauche aime bien jouer aux « anti-flics » et « anti-système » même si on sait bien qu’ils sont les meilleurs collabos du système politico-financier dans lequel nous vivons.

Le savoir est une chose, c’est mieux de le démontrer.

Commençons par le groupe anti-nationaliste Résistances qui, voici quelques temps, reconnaissait dans un de ses propres articles qu’il avait des contacts avec les services de renseignement. Et bien manifestement, il a aussi des contacts dans le monde judiciaire comme le prouve une info qu’il vient de publier ce 7 juillet sur sa page Facebook : à savoir que les militants du mouvement solidariste Nation, qui avaient été interpellés le 1er juin après une rixe qui les avaient opposé à un « punk à chien sans le chien », allaient comparaître devant le tribunal le 1er septembre.

Le hic, c’est que renseignement pris, les intéressés n’ont toujours pas reçu de convocation…La question est donc : comment Résistances connaît-il la date de comparution puisque le groupe n’est en rien partie prenante de cette affaire ? Poser la question est y répondre !

L’autre exemple est illustré par cette photo des JOC, groupe violent d’extrême-gauche en pleine action anti Nation et anti-police à proximité de la maison communale de Bruxelles. On y voit Thomas Englert, théorique grand mangeur de flic, en grande conversation bien cool avec deux de ces flics soi-disant abhorrés (dont un en civil). Et cette photo, tirée de leur propre mur Facebook, a été faite depuis les bâtiments de la ville de Bruxelles…

englebert polbru

Bien gentil avec la police et avec des potes à la ville de Bruxelles, on comprend mieux l’impunité des JOC !

Un 1er mai antifa…bien terne !

Toujours pas remis du cortège du 1er mai 2013 du Mouvement NATION ni de la leçon administrée dans le centre de Bruxelles lors des incidents de début avril, la mouvance antifa avait décidé de se mobiliser contre l’extrême-droite en général et contre NATION en particulier ce 1er mai.

Résultat pour le moins mitigé puisque les JOC (ex Jeunesses Ouvrières Chrétiennes devenus Jeunes Organisés et Combattifs), les Comités d’Action Européenne, l’USE (Union Syndicale Etudiante, en fait la branche « étudiants » des jeunes FGTB) n’ont réussi qu’à rassembler environ 200 personnes. Dont un certain nombre de ressortissants européens, de militants d’origine sud-américaine et même d’une délégation de marxistes turcs purs et durs qui n’avaient pas hésité à venir, pour certains, avec un casque et un mat de drapeau dont ils ne prenaient même pas la peine de déployer le drapeau tant  la vraie destination de ce bâton était évidente.

N’oublions évidemment pas les inévitables Black Blok version belge et tellement comique, masqués jusqu’aux yeux et également casqués pour certains d’entre eux !

Bref, beaucoup de blabla pour pas grand-chose ! Même si à l’issue du rassemblement, des tracts furent distribués appelant à aller perturber le rassemblement électoral que tenait NATION dans son local bruxellois, situé non loin de là (et qui lui rassemblait une centaine de militants); il n’y eut aucune vraie réaction des extrémistes de gauche au rassemblement public de NATION du premier mai qui semble donc devenir une bonne habitude !

Jeunes antifa bien démocrates et pacifistes comme l'indique le casque, le drapeau même pas déroulé et les pancartes au manche bien solide !

Antifa venus d’ailleurs, bien démocrates et pacifistes comme l’indique le casque, le drapeau même pas déroulé et les pancartes au manche bien solide !

 

Résistances devant le tribunal !

Les observateurs attentifs du Palais de Justice de Bruxelles commencent à avoir l’habitude d’y voir circuler Manuel « Manu » Abramowicz, désormais toujours flanqué de son fidèle Julien Maquestiau, qui le suit un peu partout dans ses errements au sein de la vénérable bâtisse, qu’ils arpentent depuis quelque temps déjà, au gré de leurs défaites judiciaires successives, qui les rapprochent de plus en plus de la condamnation pénale définitive.

Après la Chambre du conseil, puis la Chambre des mises en accusation, et enfin la Cour de cassation, c’est devant le juge répressif lui-même que l’inénarrable duo a comparu ce mardi 28 janvier, pour y répondre, notamment, de port public de faux nom.

Afin de les réconforter dans cette douloureuse aventure – bienvenue au club, les gars ! -, ces deux compères, qui jadis se réjouissaient chaque fois qu’un militant nationaliste devait répondre de ses opinions devant la justice, avaient appelé à l’aide le ban et l’arrière-ban de tout ce que la presse peut trouver de journalistes « engagés », mais aussi de militants sionistes, trotskistes et anti-faaasciiistes, que l’on peut mobiliser un mardi après-midi.

Ainsi, l’ancien journaliste de la RTBF Jean-Claude Defossé avait été sorti du formol dans lequel l’avait plongé son mandat de député bruxellois arraché à ECOLO pour venir, clopin-clopant, soutenir son camarade.

A l’autre bout du spectre idéologique, on pouvait également compter dans le public quelques militants du mouvement NATION, qui assistaient, goguenards, au spectacle de leur meilleur ennemi aux prises avec Dame Justice.

C’est que les méthodes journalistiques de l’officine trotskiste « RésistanceS.be », dont les deux prévenus sont respectivement président et porte-parole, les conduisent aujourd’hui à devoir s’expliquer, depuis le banc des prévenus, sur l’usage, via le réseau social Facebook, de la fausse identité d’une jeune et jolie femme blonde, d’idéologie nationaliste, employée afin de traquer les faits et gestes d’un ancien militant du Front National belge.

Pour tenter de limiter les dégâts, et peu satisfaits sans doute des prestations de leur conseil de toujours, Me Laurent Arnauts – sur ce coup-là, on les comprend -, Manuel « Manu » Abramowicz et son fidèle Julien Maquestiau avaient requis, en sus, l’assistance de Me Jacques Englebert, professeur de droit des médias à l’ULB, qui s’est empressé de demander au tribunal correctionnel un délai pour pouvoir répondre aux multiples arguments développés jusque-là, à bon droit, par la partie adverse,

Ils espèrent sans doute que ce vénérable pontife arrivera à les tirer du méchant guêpier dans lequel leur arrogance et leur infatuation les a plongés.

En attendant, « Manu » ne doit pas être très rassuré quant à son avenir judiciaire car il nous est revenu qu’il passerait l’essentiel de son temps libre à appeler tout son carnet d’adresses afin de trouver un moyen de coincer l’ignoble bête immonde de service qui est arrivée à l’envoyer devant le tribunal correctionnel…

Suite au prochain épisode !

Soyez démocrates…ou ils tirent !

Ce qui est fascinant chez les antifa, c’est cette capacité à réclamer de limiter la liberté…au nom de la liberté.

La preuve en est un appel publié sur facebook fin novembre etintitulé : « A quand des sanctions exemplaires et l’interdiction des extrémistes ? »

Tout est dans le titre : « des sanctions exemplaires » ! Lesquelles et pour quel délit ? 10 ans de prison pour ne pas avoir voté à gauche ?

Mais aussi « l’interdiction des extrémistes » ! Pas l’interdiction des partis ou des groupes extrémistes : l’interdiction des extrémistes ! Rien moins que cela !

Vous êtes extrémistes ! Vous serez donc interdit ! Mais comment interdire quelqu’un ?

A moins que les sanctions imaginées par nos amis antifa ne soient pas qu’exemplaires mais doivent aussi être radicales ? Comme la peine de mort ? On se demande même si ce titre ne serait pas le prémice d’un appel au génocide des extrémistes ? Tout cela ne mériterait-il pas une plainte préventive devant le Tribunal Pénal International ?

Mais bon, ne nous inquiétons pas trop !

D’abord car pour interdire  ce qu’ils prétendent être des extrémistes, ils devraient pouvoir les reconnaître. Et là, il y a  encore du travail puisque dans le texte en question, l’auteur confond deux des dirigeants de NATION puisqu’elle prête à Hervé Van Laethem, une présence à une action où il n’était pas et un discours dont tout le monde sait qu’il a été tenu par une autre personne. Gênant pour des gens qui se prétendent « spécialistes de l’extrême-droite »…

Ensuite car cet appel a reçu 3 signatures (dont celle de l’auteur). On ne peut donc dire que cette demande rencontre un soutien populaire réel J

Ah oui, pendant ce temps-là, des mouvements, dits extrémistes, comme NATION organise des maraudes sociales pour les SDF. Il est vrai que sur ce terrain-là, on ne voit que rarement les antifa. C’est vrai que pour eux, peu importe que des gens soient à la rue ! Tant qu’ils vivent en démocratie !

Antifa_kl

Antifaland, cet univers impitoyable !

spectacle_10347Il est typique chez les inquisiteurs de finir par s’épurer entre eux ! Rappelons-nous le révolutionnaire Danton qui se fera guillotiner pour « tiédeur » de par les œuvres de Robespierre…

Même si c’est à des gens de bien bien moins d’envergure que l’on a à faire ici, il s’en va un peu de même pour les antifa belges. Oh c’est moins sanglant aussi car chez ces gens-là, on n’exécute que virtuellement…comme tout le reste d’ailleurs !

Ainsi nos habituels peids-nickelés de l’antifascisme virtuel se déchirent sur facebook pour savoir lesquels sont des clowns (nous citons) où lesquels sont des « crypto-sionistes ». Oui oui, comme on disait dans les heures les plus sombres de notre histoire (horresco referens) !

Quelques exemples choisis (et garantis authentiques – orthographe et syntaxe d’origine)

Quand le côté antifa à l’ancienne, et bien coco, critique la nouvelle vague bobo et intellectuelle à 2 balles

  • Jean-Philippe Guillaume écrit: « Un groupe de cryptos qui passe son temps à traquer les antifas, très dangereux, à éviter à tous prix, bourré de fachos, de cryptos, leaders sionistes, anars douteux et surtout la marylinn fisher une dangereuse cinglée
  • Jean-Philippe Guillaume écrit : « Louis Mboté me traque moi, mes enfants, mes ex, chaque com il me trolle »

De leur côté, les « bobos » répondent vertement

  • Louis Désiré Mboté écrit : « J’ai la preuve que c’est bien jean philippe guillaume qui a donner l’occasion a nation de faire des articles pour critiquer les antifas suite a la contre manifestation du premier mai,facile de dire que je suis un facho et que je donne l’occasion a nation de faire des articles….. »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « En fait Guillaume s’est exposé tout seul, harangué par je ne sais qui, et face à des crétins nés en plus ! Ou il n’a aucune connaissance du militantisme et de certaines facettes pour le moins importantes à connaître, ou il est complètement con ou il est là pour discréditer les antifas. A savoir que ses commentaires, ses attitudes quelconques, son idée de la chose, ses initiatives n’engagent jamais que lui et non les antifas en général. Si ce n’est au local où il vit et évolue, il n’a pas un impact quelconque sur l’antifascisme belge, où nous ne connaissons pas forcément mais où il y a une façon de procéder … J’avais vu à l’époque ses commentaires, ça n’engage que lui, à titre personnel, je n’avais jamais vu ça de ma vie. Les Nation peuvent se moquer de lui, qu’il s’assume ce n’est pas mon problème mais je me demande dans quelle mesure et pourquoi ceci se passe … …
  • Louis Désiré Mboté écrit : « j’ai toujours été en désaccord avec les idées de manifestations de jean philippe guillaume. sachant très bien que ses actions sont bidon et donne juste a l’extrême droite l’occasion de faire tous leurs articles bidon…au final ce mec ne fait que du tort a la cause et sa semble normal! »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « Guillaume Demauvaisefoi use de mensonges, de propos diffamatoires et se victimise, tout en prétendant que NOUS qualifions de fachos, d’autres personnes indéterminées. Généralement, je détermine bien qui est un facho ou pas. Ce qui semble le gêner. Je ne vais pas me qualifier d’honnête, je laisse à d’autres ce soin, mais j’observe que ce sont des gens particulièrement honnêtes, bien informés, incorruptibles je dirai, qui sont attaqués peu courageusement, ignominieusement. »
  • Louis Désiré Mboté écrit : « je ne reparle pas du sujet par rapport a nous (membres de cette page) mais bien par rapport au sujet qu’il porte du tort a la cause! il a l’art de faire passer les antifas pour des cons….depuis quand les antifas soutiennent collon ou bricmont ou alors manifestent a coup de vuvuzela et jet d’oeufs? je parle d’infiltrations et de zizanie,car il suffit de voir son pote jean pierre van dooren qui tente de foutre la merde sur la page résistance car son ami jean philippe guillaume a été éjecter. »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « No pasaran et bien c’est pour tout ceux qui ont un problème avec l’antifascisme … Oui Louis, ils peuvent tenter de nous nuire mais le plus important c’est que nous les empêchions de nuire à la cause … Ils insinuent le doute parmi les plus crédules, se font aider par des plus mal intentionnés encore qu’eux … Ils ne savent pas ce qu’est le militantisme, on va leur apprendre ! »
  • Marylin-Zoé Fischer écrit : « Pourquoi n’a-t-il pas répondu notamment à Hervé Van Laethem depuis le premier mai dernier ? Pourquoi Guillaume a laissé ces gens extrêmement bêtes venir l’insulter sans leur donner une réponse facile à donner tout de même et adéquate ? Quelle utilité ? Pourquoi ses post étaient-ils si cons ? Pourquoi quand il se dit insulté par nous quand nous lui disons la vérité, il nous fait un foin d’encre ? Pourquoi nous harcèle-t-il évidemment là où nous ne sommes pas forcément, nous insulte-t-il, nous discrédite-t-il ? Tandis que le quidam qui passe voit ses conneries pseudo antifascistes sur un évent qui lui appartient … Est-il tellement crétin qu’il est capable de se mettre en avant, de s’exposer je l’ai déjà dit, pour passer pour l’idiot de service et donner l’impression que nous lui ressemblons tous en Belgique ? »

Echanges direct avec «Guillaume »

  • Tu sais ce qu’elle te dit « la bourgeoise bien propre sur elle » (dont tu ne connais Rien de ses implications et encore moins de ses combats anti bourges entre autres! Et qui nous ont fait nous croiser sur le terrain, très certainement!)… Que tu viens de perdre tout le crédit qu’elle accordait à ce site dont « l’intention » dépasse, et de loin, de très loin la méthode!… Tu te sens visé? C’est ton problème. RIEN n’est défendable sur le fait de relayer n’importe quoi, mais SURTOUT de défendre une publication qui n’apporte Rien, même pas le début d’une réflexion… « Publication Éducative »???? Par l’absurde alors… Pas la meilleure méthode pédagogique que j’aie connue…Tu te braques sur ma réaction. Pourquoi? Poses-toi la question et continue à te repaître de ce QUI TE FAIT BANDER, toi (quittant le vocabulaire bourgeois pour te rejoindre dans le tien) …Moi je viens de comprendre que je n’ai plus rien à faire avec une telle philosophie de la lutte antifa…Nous n’ avons décidément pas les mêmes valeurs.

Il y en a un qui craque

  • Néo croquant écrit : « Décidément dimanche soir était mon jour de « gloire » ,après le Mboté qui me fait un procés d’intention ,voici que ça continue ici ,ras les C … »

Et une louche sur Résistances

  • Louis Désiré Mboté écrit : « Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu’elles proviennent de ResistanceS.be, l’Observatoire belge de l’extrême droite…par contre résistance oublie souvent de dire merci publiquement au militants qui leur donne des infos….. »

Et pendant ce temps-là, dans la vraie vie, en Wallonie et à Bruxelles, les « grands méchants » de NATION font ce qu’ils veulent, quand ils le veulent et où ils le veulent !

Ils ont pourtant l’air si gentils !

Ils ont l'air coverL’affaire Méric, du nom de ce jeune « antifa » décédé dans une bagarre qu’il avait lui-même provoqué, a permis de lancer l’habituelle campagne politico-médiatique sur « le danger et la violence des groupes d’extrême-droite ». Lorsque il est apparu que les militants « antifascistes » n’étaient pas si paisibles que cela, on a eu droit à l’ensemble des bien-pensants qui ont présenté ces groupes « antifa » comme plus turbulents que méchants. Et qui insistaient sur le fait qu’en tout état de cause, on ne pouvait comparer l’extrême-gauche à l’extrême-droite. Cette dernière étant bien pire que tout. Il semblerait donc que pour ces gens-là, les millions de victimes du communisme pèsent bien moins lourd que d’autres.

C’est pourquoi, le Centre Solidariste d’Etudes Politiques du Mouvement NATION a pensé intéressant de publier cette brochure afin de montrer et rappeler que les groupes et militants dits « antifa » n’ont en fait comme seul ressort que la violence, qu’ils l’utilisent très régulièrement et que, très souvent, lorsque «l’extrême-droite» fait usage de violence, c’est pour se défendre. Comme dans le cas malheureux qui a amené la mort de Clément Méric le 5 juin dernier à Paris.

Certains nous diront que nous revenons avec des faits très anciens. Mais c’est exactement ce que font les « antifascistes auto-proclamés » lorsqu’ils reprochent à des militants nationalistes des faits vieux de dizaines d’années. Ainsi, nous montrons que, nous aussi, nous pratiquons le devoir de mémoire.

Le titre de cette brochure « Ils ont pourtant l’air si gentils » a été choisi car il illustre bien l’angélisme que certains pratiquent autour de Clément Méric dont la tête de brave garçon de bonne famille a été instrumentalisé pour donner aux militants « antifa », une image de boy-scouts turbulents. On sait aujourd’hui que sous les traits BCBG de Méric, se cachait un jeune excité toujours prêt à en découdre. Il n’était en fait qu’une sorte de hooligan qui cherchait une excuse morale pour justifier sa soif de violence…

 

Au sommaire (24 pages) :

L’origine du terme « antifa » Les antifa violents ? C’est eux qui le disent ! Les actes de violence commis pour « venger » Méric Les « affaires internes » des antifa La violence « antifa » en Italie La violence « antifa » en Belgique

Commande :

Versement de 12 € pour envoi digital (adresse mail à fournir) – 15 € pour envoi papier (coordonnées postales à fournir) sur le :

N° de compte IBAN: BE45 1430 7431 0589 du mouvement NATION

Code BIC : GEBABEBB

Bien mettre vos coordonnées mail ou postales selon le choix de l’envoi et précisez « Brochure CSEP »

Ce qu’une journaliste grecque pense de l’extrême-gauche ! MDR !

Affreux, affreux, affreux !

Dans la série « Manuel Abramowicz prend une claque (morale) », vous aviez demandé la suite ! Et bien, vous l’avez !

Dans notre article du 7 juillet 2012, nous vous avions déjà relaté le renvoi en correctionnelle du pseudo-journaliste « observateur de l’extrême-drouaaaaate », ce cher Manuel « Manu » Abramowicz, et l’un de ses compagnons de route, le délégué syndical CGSP Julien Maquestiau.

La tournure de cette affaire avait d’ailleurs à l’époque stupéfait les deux intéressés, tellement ils étaient habitués à ce que tous les bien-pensants leur donnent raison avant même qu’ils n’aient ouvert la bouche ou levé la plume.

Ces deux enseignants (« Manu » Abramowicz est, selon sa propre fiche Wikipedia, professeur de communication de crise (!!) à la Haute École Libre de Bruxelles-Ilya Prigogine) étaient inculpés de faux et usage de faux en informatique, de harcèlement, de port public de faux nom ainsi que de violation de la loi relative à la protection de la vie privée.

C’est que le site RésistanceS.be s’apparente plus à une base de données fichant et cataloguant les « mal-pensants » en vue de les exposer à la vindicte publique qu’à un réel organe de presse.

Les magistrats ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, tant en première instance qu’en appel, puisque la Chambre des mises en accusation de la Cour d’appel de Bruxelles, saisie sur appel des intéressés, a confirmé, à une nuance près, l’ordonnance de première instance entreprise par ceux que l’on peut désormais appeler les prévenus Abramowicz et Maquestiau, en infligeant une défaite magistrale à leur avocat, Laurent Arnauts.

Leurs cris, larmes, jérémiades et autres lamentations, dans toutes les langues et sur tous les médias, n’auront donc pas suffi à infléchir le bras de la Justice.

Il faut dire que le plaignant, un ancien « cadre » du FN belge, est défendu par le ténor du Barreau Sébastien Courtoy !

Manuel « Manu » Abramowicz et Julien Maquestiau devront donc bien comparaître sur le banc des prévenus pour y répondre de faux et usage de faux en informatique, de port public de faux nom ainsi que de violation de la loi relative à la protection de la vie privée, la Cour d’appel de Bruxelles, magnanime, ayant renoncé à les poursuivre pour harcèlement.

Suite au prochain épisode !

Rouges de honte ?

La mouvance de gauche féministe prétend toujours qu’elle est populaire, pluraliste et démocratique.

La mouvance antifa belge, elle, tient très souvent des discours martiaux pour expliquer comment ils sont prêts à chasser les « fascistes » de la rue !

Le rassemblement pro-avortement de ce dimanche 24 Mars a bien démontré l’inanité de l’ensemble de ces affirmations.

Pour ce qui est de la popularité, les gauchistes ont rassemblé 160 personnes (chiffres de la police de Bruxelles) face à 500 manifestatnts pro-vie !

Pour ce qui est de la pluralité et de la démocratie, on n’a vu dans ce rassemblement que drapeaux rouges, faucilles et marteaux ainsi que le portrait de Che Guevara. Ce qui démontre bien ce que nous avons toujours dit : l’avortement est bien une manière de plus pour certains de détruire les fondements même d’une société naturelle…Et le « droit des femmes n’est ici que prétexte » !

Et enfin quant à leur volonté et capacité de chasser les « fachos » de la rue, on peut s’en interroger quand on sait qu’une dizaine de militants de NATION se sont promenés à leur aise et sans se cacher au point de rassemblement d’extrême-gauche. Et ceci avant de rejoindre le rassemblement pro-vie ! Manifestement, les extrémistes de gauche les ont rapidement reconnus mais sans aucune réaction.

Les antifa, même quand ils font les "méchants", ils restent des clowns !

Les antifa, même quand ils font les « méchants », ils restent des clowns !