Si ce sont les antifa qui le disent…

A plusieurs reprises, nous avions souligné sur ce site que l’association anti-nationaliste « Résistances » semblait bien plus se focaliser sur l’antisémitisme que sur les autres formes de racisme.

Ainsi dans un article en 2008, nous avions constaté la chose suivante : en tapant dans le moteur de recherche du site Résistances, l’expression « racisme anti arabe », il était repris dans 16 articles ; le mot « islamophobie » était repris dans 37 articles ; le mot « antisémitisme », lui, était repris dans 171 articles. Nous avions enfin écrit que : « s’il est de leur bon droit de se spécialiser dans la dénonciation de cette horreur que représente l’antisémitisme ; il serait sans doute plus déontologique de dire qu’il s’agit de la priorité de cet observatoire. Ce qui interpelle également est l’absence du moindre article dénonçant le racisme dont souffrent les populations arabes et palestiniennes de la part des colons et des extrémistes sionistes. »

Alors évidemment, on nous reprochera de faire un procès d’intention car nous sommes des adversaires politiques. Le problème est que manifestement, d’autres membres du camp « antiraciste » semblent avoir la même analyse.

Nous l’avions déjà évoqué dans un article en juillet 2012.

Mais un nouvel exemple de « tir ami » se présente. En effet, l’animateur de la page Facebook « Front National Antifasciste », dont nous avions déjà évoqué des écrits très « antifascistement incorrects » , égratigne sérieusement Résistances dans une de ses publications Facebook : « A quand des rollmops d’or pour Résistances.be et le CECLR (NDLR : Centre pour l’égalité) qui ne font RIEN contre l’islamophobie, ligotés par les sionistes bien camouflés ? »

Front National Antifasciste, curieux nom. Surtout qu’avec de tels commentaires, ce front fait plus national qu’antifasciste…

Les antifa-chés entre eux (2)

La même semaine, d’autres membres du « peuple de gauche » se sont laissés aller à des commentaires bien peu solidaires vis-à-vis de leurs petits camarades. En effet, la décision de la chambre du conseil de renvoyer en correctionnelle, deux responsables de l’association ResistanceS, dont Manuel Abramowicz, n’a non seulement pas déclenché une extraordinaire vague de solidarité mais semble même en faire franchement marrer quelques-uns.

Ainsi Olivier Mukuna, qui a travaillé pour les quotidiens Le Matin, La Dernière Heure, l’hebdo Le Journal du Mardi, a collaboré à la RTBF et à La Libre Match où il a collaboré avec Michel Bouffioux (lui-même « antifasciste » dans l’âme).

Mukuna s’est donc fendu d’un long texte où il pourfend Manuel Abramowicz et toute l’équipe de RésistanceS. Ici aussi, quelques morceaux choisis.

  • A force de se vautrer dans la délation et l’incompétence poussant à voir des «nazis» partout, Manuel Abramowicz se rapproche de la condamnation judiciaire
  • Confondant, à nouveau, leur militantisme hystérique et délatoire avec l’exercice sérieux du journalisme …
  • Beaucoup, dont l’auteur de ces lignes, ont connu le charlatan Abramowicz infiniment moins “timide” dans la citation ad hominem comme l’amalgame de noms tous azimuts, sous prétexte de “lutte contre l’extrême-droite”
  • On se souviendra aussi des diffamations de Manuel Abramowicz contre l’ex-chercheur de l’ULB, Souhail Chichah ( 4), le porte-parole d’Egalité, Nordine Saïdi (5 ) ou l’essayiste Abdellah Boudami (4).
  • Ossature branlante de défense de nos deux antifascistes de pacotille mais vrais faussaires médiatiques.

Rappelons pour terminer et pour être complet que Olivier Mukuna est connu pour être un supporter de Dieudonné dont l’antisionisme n’est un secret pour personne. Ce qui semblerait démontrer que pour certaines personnes originaires de la diversité, RésistanceS est perçu comme une officine ne traitant pas tous les racismes de la même manière.