Antifa : l’instinct de mort !

En juin 2013, une bagarre avait opposé à Paris des militants nationalistes à des militants « antifa » et s’était soldée par la mort d’un de ces derniers : Clément Meric.

Alors que de nombreux témoignages semblaient confirmer la version des nationalistes qui disaient avoir été agressés, c’est la version politico-médiatique qui sera présentée : de méchants nationalistes avaient tabassé de braves garçons, un peu excités mais qui restaient de bons démocrates. Ce qui avait permis de faire dissoudre plusieurs organisations nationalistes qui n’avaient rien à voir avec ces événements !

Mais comme disait Lénine, les faits sont têtus ! Et tous les mensonges de l’affaire Meric sont en train d’éclater au grand jour ! En effet, on apprend que parmi les suspects interpellés pour l’incendie volontaire d’une voiture de police et de l’agression des occupants (en marge des manifestations contre la loi du travail à Paris) figurent plusieurs membres de la « bande à Meric » : le groupe dénommé « Action Antifasciste Paris Banlieues » !

A l’écoute des éléments repris dans ce sujet télévisé, on peut tirer les enseignements suivants :

  • Le groupe « antifa » dont Meric faisait partie est bel et bien rompu à la violence et ses membres sont habitués à l’utiliser ! Comme le prouve le fait que les suspects étaient déjà bien connu des services de police et certains avaient d’ailleurs déjà été condamnés pour violence (l’un d’entre eux avait déjà été impliqué dans l’agression du responsable nationaliste Alexandre Gabriac)
  • Leur antifascisme n’est qu’un paravent pour se donner une justification morale et politique à leur violence contre les patriotes et la police. Ici, ils ont clairement agi comme des casseurs gauchistes
  • Les « antifa » sont pour l’essentiel de petits bourgeois

Mais l’enseignement principal est que ces gens ne peuvent et ne veulent rien construire. Ils veulent juste détruire, y compris des vies humaines. Ils ont failli le faire avec les deux policiers qui sont sorti in extrémis de la voiture en feu. Ils l’ont fait en excitant un gamin comme Meric à se battre au point qu’il en est mort !

Oui, les antifa puent la haine, la violence et la mort !

13232935_283864991951497_3309528006700768718_n

Antonin Bernanos, arrière petit-fils de Georges Bernanos (authentique), membre très actif de « Action antifasciste Paris-Banlieue » et soupçonné d’avoir attenté à la vie de deux policiers.

Publicités

Ouvriers communistes contre petits bourgeois antifa !

Ces images montrent la confrontation qui a opposé voici quelques jours à Paris, en marge d’une manifestation syndicale contre la loi du travail, le service d’ordre syndical (en particulier de la CGT communiste) à des casseurs gauchistes.

Remarquez de part et d’autre l’équipement et l’agressivité. Imaginez ce que les médias auraient dit si le dixième de tout ceci se serait passé en marge d’une manifestation nationaliste ?