Cette violence qui n’existe pas !

Le 7 juin dernier, devant la maison communale d’Anderlecht, une quarantaine de militants d’extrême- gauche sont descendus dans la rue et ont essayé de mener une manifestation sauvage.

Le cortège particulièrement agressif n’a fait que quelques dizaines de mètres, avec des slogans comme : Ni flic, ni maton, ni maxi-prison – Il est temps de saboter la machine à expulser –  Hors-la-loi, contre l’Etat – Vol, pillage, sabotage, inaugurons leurs nouvelles prisons.

Rapidement, la police est intervenue et des coups ont été échangés. Au final, cinq personnes sont arrêtées. Elles passeront quelques heures en cellule avant d’être relâchées.

Avez-vous entendu parler de ces violences ? Non ! Bien sur que non ! La violence d’extrême-gauche n’est que rarement mise en exergue par nos médias.

Imaginez que des nationalistes aient fait la même chose ! Imaginez qu’ils se soient affrontés avec  la police ! Quels gros titres aurait-on pu lire ? Et les gens arrêtés s’en seraient-ils tiré avec seulement quelques heures d’arrestation administrative ?

Bien sur que non ! Mais les casseurs d’extrême-gauche ont une impunité totale dans ce pays. En particulier, ceux que l’on retrouve dans une mouvance anarchiste de type « no border » qui de plus, dispose de relais internationaux.

Nous y reviendrons bientôt !

feuauxcomicos

 

Publicités

Antifa, le jour après !

La mouvance antifa fut particulièrement discrète tout au long de la campagne électorale ! Au point que dans certains milieux nationalistes on parle de cette campagne comme d’une promenade de santé.

Deux explications possibles. Le fait que nos soi-disant démocrates aient consacré toute leur énergie à soutenir le très stalinien PTB pendant la campagne.

L’autre étant que depuis la confrontation entre les antifa et les militants de NATION le 3 avril dernier en plein centre de Bruxelles (et que l’on nomme déjà dans certains milieux le « supertramp day » lol) les premiers n’aient plus eu trop envie de rencontrer les seconds.

Nous avons donc décidé d’un peu observer comment les « antifa » ont vécu les résultats électoraux.

Une mobilisation rassurante 

Au lendemain de la victoire du FN en France, les antifa ont organisé une manifestation devant le Parlement Européen à Bruxelles, rassemblant un millier de manifestants. Même s’il faut savoir qu’un certain nombre d’antifa étaient venus de l’étranger et que de nombreux étudiants aiment utiliser le moindre prétexte pour ne pas assister aux cours en semaine, il faut constater que le nombre de manifestants a du rassurer les « antifa » bruxellois qui au début avril avaient été incapables, à 10 contre 1, de chasser les militants de NATION de la rue.

Mieux choisir ses mots

Le Parti Socialiste de Lutte est un des groupes d’extrême-gauche avec lequel le PTB a refusé de collaborer aux élections. Le PSL avait pourtant multiplié les courbettes publiques mais sans succès. Il a donc présenté à Bruxelles, une liste-cartel avec le Parti Humaniste, sous le vocable de Gauches Communes.

Liste largement battue par la liste présentée par NATION tant au fédéral qu’au régional. Ce qui explique sans doute que le PSL n’évoque nulle part sur son site, le résultat de sa liste. Problème supplémentaire, il devra revoir sa sémantique. Il lui deviendra en effet difficile de qualifier NATION de groupuscule sous peine de reconnaître que, au regard des résultats, le PSL serait donc un sous-groupuscule…

Et toujours la mauvaise foi !

La palme de la mauvaise foi revient à cette page facebook des antifa de La Louvière. Page qui était inactive depuis novembre 2013 ! Mais cela n’empêche pas nos combattants très virtuels de se réjouir des « modestes » résultats nationaux de « l’extrême-droite » tout en occultant soigneusement le fait que NATION avait obtenu 2,56 % dans leur propre canton de La Louvière. Il est vrai que NATION a pu faire tout ce qu’il voulait durant cette campagne, s’offrant même le luxe d’organiser un meeting en plein centre de La Louvière, dont l’adresse fut annoncée à l’avance. Pour rappel, voici quelques mois les antifa locaux avaient promis de chasser NATION de la rue…

Et toujours les analyses foireuses !

Nos « amis » du site anti-identitaire « Résistances » se sont encore plantés. Ils avaient en effet annoncé, quelques jours avant les élections, que NATION avait proposé au FN belge  un accord électoral. Mais que cette tentative avait échoué. Sauf que le FN-belge a appelé, dans l’édition du « National » paru juste avant les élections, à voter pour NATION ! Toujours aussi mauvais, Manu !