Confirmation d’un de nos articles !

Fin mars, nous avions publié un article intitulé Quand les « antifa de droite » rencontrent les « antifa de gauche » et qui racontait la lamentable et avortée tentative de manifestation d’un groupe à la noix …

Les intéressés semblaient assez mécontents sur notre version de leur héroïque quête. Mais voici que le site d’info novopress confirme le côté « Pieds nickelés » de l’opération dans un article intitulé, sans doute avec une pointe d’ironie : « Le « bloody Saturday » de Glain n’a pas eu lieu ».

Morceaux choisis :

Et c’est donc sur un parking de grande surface, perdu au milieu de nulle part que nous faisons la jonction avec la petite dizaine d’autres personnes qui, avec nous, constitueraient ce jour les seules maigres troupes. Peur de l’arrestation ou de l’affrontement, les militants n’ont pas suivi.

Surviennent deux pandores en civil, un homme et une femme. Voilà notre troupe interpellée sur un parking de Glain. Rencontre improbable et pourtant… « Avez-vous l’intention de manifester quand même ? » Dénégations de (…) : on reste là un moment et puis on se replie dans un café, et on s’arrête là. Longue discussion entre les responsables et lesdits pandores. Ca n’en finit pas. On tape du pied. Images de films poelvoordiens, Les convoyeurs attendent version patriotisme militant.

Et dans ce cas-ci, ils auront difficiles à dire qu’il s’agit de mensonges colportés par des adversaires politiques vu que l’auteur de l’article est bien connu pour avoir en commun, avec ce groupe, une admiration sans bornes pour l’état d’Israël…

Publicités

L’air ne fait pas la chanson !

Depuis longtemps, l’extrême-droite la plus naïve et la plus conformiste essaie de jouer la carte pro-israélienne dans l’utopique espoir d’une reconnaissance médiatique ou d’être tolérée dans la cour des partis traditionnels ou enfin d’être financé par Dieu sait quel service de l’ombre qui les aiderait à combattre l’ennemi islamo-fascisto-sarrazin alqaidiste.

C’est déjà moyen comme démarche lorsqu’elle provient de grands partis de droite nationale. Mais cela devient franchement pathétique lorsqu’il s’agit de groupuscules qui ressemble plus aux pieds-nickelés qu’aux croisés de l’Occident judéo-chrétien et qui oublient qu’avant d’espérer avoir le soutien de qui que ce soit, il faudrait commencer par être crédible !

Et surtout, cela relève pour certains de la plus grande hypocrisie…Nous pensons en particulier à un groupuscule où à peu près tous les « responsables » se targuent d’être de descendance juive ou d’avoir des amis juifs et ne ratent pas une occasion d’exprimer leur admiration pour «  le modèle de démocratie occidentale que représente Israël ».

Alors, si nous ne sommes pas en mesure de confirmer s’ils ont tant d’amis juifs que cela ; nous savons au moins qu’un de ces « responsables » a un ami qui lui n’est pas juif du tout !

En effet, un de ces défenseurs de la civilisation judéo-chrétienne est bien ami avec un ancien membre du VB et qui se prénomme Luc. Ce Luc s’est « illustré » en accompagnant l’ancien président du FN belge, Michel D., sur une vidéo où les deux personnages entonnaient une chanson particulièrement blessante pour les déportés en général et le peuple juif en particulier. La diffusion de cette vidéo avait d’ailleurs provoqué un scandale et avait provoqué la démission du président du FN.

Pour rappel, la plupart des autres responsables de ce groupuscule étaient membres de ce FN et proches de Michel D.

Décidément , l’air ne fait pas la chanson !

antifa_israel

Affreux, affreux, affreux !

Dans la série « Manuel Abramowicz prend une claque (morale) », vous aviez demandé la suite ! Et bien, vous l’avez !

Dans notre article du 7 juillet 2012, nous vous avions déjà relaté le renvoi en correctionnelle du pseudo-journaliste « observateur de l’extrême-drouaaaaate », ce cher Manuel « Manu » Abramowicz, et l’un de ses compagnons de route, le délégué syndical CGSP Julien Maquestiau.

La tournure de cette affaire avait d’ailleurs à l’époque stupéfait les deux intéressés, tellement ils étaient habitués à ce que tous les bien-pensants leur donnent raison avant même qu’ils n’aient ouvert la bouche ou levé la plume.

Ces deux enseignants (« Manu » Abramowicz est, selon sa propre fiche Wikipedia, professeur de communication de crise (!!) à la Haute École Libre de Bruxelles-Ilya Prigogine) étaient inculpés de faux et usage de faux en informatique, de harcèlement, de port public de faux nom ainsi que de violation de la loi relative à la protection de la vie privée.

C’est que le site RésistanceS.be s’apparente plus à une base de données fichant et cataloguant les « mal-pensants » en vue de les exposer à la vindicte publique qu’à un réel organe de presse.

Les magistrats ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, tant en première instance qu’en appel, puisque la Chambre des mises en accusation de la Cour d’appel de Bruxelles, saisie sur appel des intéressés, a confirmé, à une nuance près, l’ordonnance de première instance entreprise par ceux que l’on peut désormais appeler les prévenus Abramowicz et Maquestiau, en infligeant une défaite magistrale à leur avocat, Laurent Arnauts.

Leurs cris, larmes, jérémiades et autres lamentations, dans toutes les langues et sur tous les médias, n’auront donc pas suffi à infléchir le bras de la Justice.

Il faut dire que le plaignant, un ancien « cadre » du FN belge, est défendu par le ténor du Barreau Sébastien Courtoy !

Manuel « Manu » Abramowicz et Julien Maquestiau devront donc bien comparaître sur le banc des prévenus pour y répondre de faux et usage de faux en informatique, de port public de faux nom ainsi que de violation de la loi relative à la protection de la vie privée, la Cour d’appel de Bruxelles, magnanime, ayant renoncé à les poursuivre pour harcèlement.

Suite au prochain épisode !