Quand « l’armée rouge » se fractionne…

Il existe en Belgique une extrême-gauche qui ne cache pas ses sympathies pour la lutte armée du type de celle menée en leur temps par les Cellules Communistes Combattantes
(voir https://antifaahahah.wordpress.com/2008/07/12/histoire-des-ccc )

CCC$

Longtemps, ce soutien se résuma au Bloc Marxiste Léniniste et à l’organisation de soutien aux militants « Secours Rouge ». Mais les admirateurs de Baader* et de Staline ont réussi à se disputer entre eux.

logosr

Peu après sa sortie de prison, Pierre Carette (un des membres des CCC) avait déjà crée sa propre association de solidarité en opposition au Secours Rouge : Solidarité-Liberté.

Mais c’est au début 2009 que les problèmes les plus importants sont apparus. En effet, si très longtemps, le Bloc Marxiste Léniniste (BML) a soutenu les activités du Secours Rouge (SR): certaines voix s’y sont élevées pour regretter que l’essentiel des activités miltantes profitent au Secours Rouge.
De plus, suite à l’arrestation en juin 2008 de plusieurs personnes de cette mouvance, suspectées de terrorisme, le SR a demandé et obtenu une certaine complaisance d’élus écolos et socialistes. Au grand dam du BML qui fut longtemps le seul soutien et fournisseur de militants au SR.

su-flag1

Mais parallèlement, au sein même du Bloc, certains militants se retrouvaient de plus en plus au sein de la démarche du SR. Ce qui provoqua une scission en Mars 2009 et la création d’un collectif « Classe contre Classe ». On retrouve dans ce collectif, plusieurs inculpés de juin 2008 qui avaient manifestement apprécié que le SR « démocratise et humanise » leur image au lieu de les enfermer dans une pure réthorique marxiste (c’est d’ailleurs un autre reproche du Bloc au SR).

Le premier résultat concret de cette scission fut le flop de la manifestation « radicale » du 1er mai dernier puisque le SR et d’autres organisations ont préféré participer à d’autres cortèges « plus rassembleurs » comme celui des sans papiers et ont laissé le Bloc, bien seul, avec quelques dizaines de participants.

* Andreas Baader fur le fondateur de la Rote Armee Fraktion – Fraction Armée Rouge, groupe terroriste ouest allemand très actif dans les années 70 et 80.

Publicités

Nouvelles zizanies révolutionnaires

La gauche met souvent en exergue les divisions au sein de la mouvance nationaliste. Mais elle est tout aussi divisée, sinon plus. Ainsi aux dernières élections où l’extrême gauche présenta nombre de listes : PTB, LCR-PLS, CAP D’ORAZIO, EGALITE, etc…

Mais il n’y a pas que l’option électoraliste qui les sépare. Un autre point de friction, et qui gagne de plus en plus en importance, est le positionnement des uns et des autres en matière de politique étrangère, et en particulier sur le degré de support à apporter ou non aux mouvements de résistance musulmans.

Pour ce qui est des divergences « internationales », le débat semble se focaliser sur la mouvance rassemblée autour de Nadine Rossa Rosso, ancienne dirigeante du PTB, présente sur la liste bruxelloise EGALITE.

Cette dernière soutient, en effet, semble-t-il de manière inconditionnelle, le Hamas. Au point d’avoir initié un appel, à tous les candidats aux sièges de député européen, « pour le retrait immédiat et inconditionnel » du Hamas de la liste européenne des mouvements terroristes.

Ce qui provoque aussi le débat est le fait qu’elle collabore avec le Congrès de l’Union Internationale des Parlementaires pour la Palestine (IUPFP) qui a été crée en 2001 à Téhéran…et dont le président de la section belge est Luk Vervaet, également ex-membre du PTB et qui est un (très) proche de Rossa Rosso.

Cerise sur le gâteau, le directeur International de l’IUPFP n’est autre le très controversé Dya Abou Jahjah qui fut le leader de la fameuse Ligue Arabe et Européenne qui défraya la chronique, par ses provocations à Anvers voici quelques années.

Les attaques « internes » contre Rossa Rosso ont été principalement lancées par Claude Demelenne, collaborateur du Journal du Mardi. Il avait déjà provoqué une polémique via la publication d’une carte blanche très controversée dans le quotidien Le Soir où il dénonçait la récupération des manifs pro-palestiniennes par des groupes islamistes. Cette carte blanche intitulée « Barbus, non merci » lui avait même valu d’être accusé par certains de faire le lit de l’extrême-droite. Ce qui ne manque pas de piquant lorsqu’on sait que son co-signataire était Manuel Abramowicz, grand pourfendeur d’extrémistes de droite, mais rien qu’en Europe ! Ailleurs, cela semble présenter un moins gros problème pour lui.

Mais il est vrai qu’Abramowicz avait déjà fait fort sur le sujet puisque les rares membres de la rédaction du site de lutte conte l’antisémitisme « Résistances » qu’il anime, avaient été mobilisés pour aller faire des photos lors de la grande manifestation pro palestinienne : photos des calicots et des manifestants qui dénonçaient la politique israélienne de manière trop virulente, photos qui devaient également servir à étayer des plaintes juridiques. Marrant, cette manie de porter plainte pour des gens qui dénoncent sans cesse la justice bourgeoise.

Quoi qu’il en soit, et à la lecture des gentillesses qui s’échangent sur certains sites (la tête de liste de EGALITE semblant d’ailleurs être particulièrement controversée dans les milieux de gauche), nous resterons attentifs à l’évolution de la situation qui risque de nous apporter des développements encore intéressants.

D’un autre côté, dans la mouvance ultra radicale et pro terroriste de la gauche, se sont également multipliées frictions et scissions. Ici pour d’obscures raisons idéologiques. Nous vous en reparlerons très bientôt.

L’appel !

Notre site ne pouvait faire autre chose que de diffuser ce déchirant appel du site antifa bien connu : Résidences.be

« Ce 8 juin au soir, l’extrême-droite francophone a perdu tous les élus qu’elle avait dans les parlements régionaux. Avant, sans nul doute, de perdre très bientôt le dernier élu fédéral qu’elle a encore.

Après la satisfaction d’avoir vaincu l’ennemi absolu, est soudainement apparue l’angoisse suivante : qu’allions-nous devenir ? En effet, à part lutter contre le fascisme, nous ne savons rien faire !!!

Nous n’avons jamais pu militer POUR quelque chose, juste CONTRE. A part faire des schémas, des organigrammes, des rapports de police ; nous n’avons jamais rien construit ni rencontré le peuple, le vrai !

S’il n’y a plus de fachos, en quoi allons nous encore intéresser la presse ? Nous ne passerons plus à la télé. Sur quoi, allons-nous écrire un livre pour arrondir nos fins de mois difficiles de petits fonctionnaires ? Qui va encore nous payer un resto afin de balancer des infos sur la concurrence politique ?

Et surtout, en quoi allons- nous encore être utile au Parti Socialiste, béni soit son nom, à qui nous devons tant ?

Mais Dieu merci, grâce à notre hyper coordinateur spatial à tous, Geert Nadiamovitch, nous avons retrouvé un ennemi, un vrai ! Bien avant les élections, Geert a pensé à notre reconversion. En effet, dans sa grande sagesse, il s’est mis à traquer les islamo-fascistes de tous poils qui manifestent leur antisémitisme fanatique en osant critiquer la politique de l’Etat d’Israël. Grâce à Geert, nous allons retrouver une raison de vivre et d’exister !

Ps : Après avoir écrit ces lignes, on m’informe que les islamo-fascistes en question seraient bien moins légalistes que l’extrême-droite belge et qu’ils ne répugnent pas à la violence ; nous allons donc lancer d’urgence une réflexion avec le camarade Geert afin de voir si c’est vraiment une bonne idée. Car défendre Is…euh la démocratie, ok mais pas si c’est risqué bien sur…