…Paf sur les doigts !

En Belgique, c’est plus juridiquement que quelques militants « antifa » se sentent persécutés puisqu’il semblerait que plusieurs liégeois appartenant à cette mouvance aient été entendus suite à des plaintes pour menaces et diffamation envers Hervé Van Laethem, secrétaire politique du Mouvement NATION.

C’est étonnant comme ces « citoyens », grands défenseurs de « l’état de droit » ont des commentaires peu sympa quand cet état de droit leur demande des comptes…

images

Publicités

Paf sur le nez…

A l’issue d’une manifestation contre le mariage gay à Montpellier, des militants d’extrême-gauche ont essayé d’agresser des participants.

Mal leur en a pris, ils ont choisi des militants de la Ligue du Midi dont la « combativité » est bien connue.

Résultat, les agresseurs gauchistes en ont été pour leur frais et sont repartis plutôt penauds. Pour aussitôt changer les rôles et aller raconter sur INTERNET qu’ils ont été victimes d’une agression.

Ils confirment en tous cas qu’ils ont reçu une sévère correction puisque selon leurs propres dires, neuf ‘antifa » ont été blessés dont quatre ont reçu attelle, points de suture et jours d’incapacités de travail.

Et oui camarades, la révolution n’est pas un diner de gala !

De vraies têtes d'innocents craignant une agression...

De vraies têtes d’innocents craignant une agression…

Quand les trotskistes rampent devant le PTB !

L’extrême-gauche est historiquement divisée en 4 camps principaux (pour faire simple car il y a des divisions dans chaque tendance aussi) :

  • les communistes « orthodoxes », héritiers des partis communistes pro soviétiques de l’après guerre
  • les trotskistes (qui suivirent Trotski contre Staline) et qui furent à la base de la première grosse scission du monde communiste
  • les maoïstes qui considéraient que l’Union Soviétique avait trahi l’héritage de Staline et que la Chine communiste de Mao était le seul vrai exemple à suivre
  • les anarcho-marxistes, rassemblement hétéroclite d’autonomes hostiles à toute autorité

Aujourd’hui l’URSS n’existe plus et la Chine n’a plus de communiste que le nom. Mais les fractures inter-gauchistes persistent ! Et si le PTB (maoïste) joue à fond la carte de la « communication » et prend une forme douce et bon enfant, il n’en reste pas moins dur sur le fond et, manifestement, garde la dent dure contre les trotskistes.

La preuve en est le rejet de la main tendue en mai de cette année par le Parti Socialiste de Lutte (PSL), pur produit du trotskisme. Ce petit groupe a fait un gros appel du pied au PTB, acceptant même de figurer sur une liste qui porterait le nom PTB avec comme seul rajout « unité ». Trotsky doit se retourner dans sa tombe !

Mais le PTB  a repoussé ces avances du dos de la main. Il est vrai que ce dernier a le vent en poupe dans les sondages et est devenu le « chouchou » des médias. Et qu’outre leur vieux contentieux avec les trotskistes, les dirigeants du PTB estiment que le PSL n’apporte guère de valeur ajoutée. Leur seul fait d’armes consistant à organiser, une fois par an, une manifestation anti nationaliste avec quelques centaines de jeunes boutonneux dont ce sera, pour beaucoup, la première et seule activité militante.

Mais bon, jusque là, c’est de bonne guerre que le PSL essaie ce rapprochement. Ce qui devient pathétique, c’est que malgré le refus du PTB, le PSL continue à s’offrir, toute honte bue !

Ainsi lors d’un débat, entre groupes de gauche, à Gand en novembre dernier; le responsable du PSL a publiquement refait une offre de service au délégué du PTB qui s’est empressé de la refuser !

Pas vite découragé, le PSL a publié début décembre un nouvel article où il se couchait une fois de plus dans l’espoir d’obtenir, une petite place sur les listes du PTB !

Vraiment pathétique !

Logo d'une organisation internationale trotskiste

Logo d’une organisation internationale trotskiste

L’extrême-gauche mène la guérilla urbaine à Athènes !

Scènes de guerre suite à une manifestation d’extrême-gauche à Athènes le 6 décembre dernier !

Ce que les autorités pensent des « gentils démocrates » d’extrême-gauche !

Voici un passage du rapport 2013 de l’Assemblée Nationale française sur les dangers en matière de terrorisme.

Ce passage concerne l’extrême-gauche française mais aussi européenne et il est bien évident que l’analyse est valable également pour les gauchistes belges.

« En France, la mouvance d’« ultra-gauche », d’inspiration situationniste et libertaire, est constituée d’une nébuleuse de courants anarchistes et d’autonomes qui pourraient franchir un palier vers la radicalisation sous l’influence des modèles grec et italien. Les thèmes de mobilisation, justifiant le recours à la violence, mêlent contestation du modèle socio-économique, de l’État sous toutes ses formes et de l’ordre international ; elles s’expriment par des détériorations de biens symboliques, la participation à des manifestations, et une mobilisation à l’occasion d’événements internationaux (« contre-sommets » en marge des sommets de l’OTAN, du G8 ou encore du G20), moments d’expression des black blocs, groupes entraînés, équipés de cocktails molotov, cagoules et bâtons.

En Grèce et en Italie, les actions terroristes se multiplient depuis plusieurs mois (engins explosifs dans des lieux publics, contre des bâtiments officiels ou d’organismes financiers, envois de lettres piégées et, le 7 mai 2012, tir sur le PDG d’Ansaldo Nucleare, filiale de Finmecanica). Ces actions sont revendiquées par divers groupuscules, dont la Fédération anarchiste internationale, les « Conspirations des cellules de feu » grecques et une résurgence des Brigades rouges italiennes.

D’autres sources d’inquiétude relèvent de l’écologie radicale, inspirée par des courants anglo-saxons particulièrement virulents comme le front de libération des animaux (Aminal liberation front) et le front pour la libération de la terre (Earth liberation front). L’écologie radicale pourrait également susciter des actions violentes par imitation des autres formes de subversion.

Les groupes d’ultra-gauche cherchent désormais à étendre leur discours contestataire à des causes connexes et à établir des liens avec la cause écologiste (actions communes lors des sommets mondiaux sur le climat, contre les convois nucléaires, camp de Notre-Dame-des-Landes, actions contre la ligne très haute tension Cotentin-Maine).

En réponse, le 5 novembre 2012, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a ainsi souhaité une coopération internationale plus forte face « aux formes de violence provenant de l’ultra-gauche, de mouvements d’anarchistes ou d’autonomes » (6) en évoquant « des groupes violents » gravitant autour de projets comme la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin. »

Tags de paix, d'amour et de tolérance !

Tags de paix, d’amour et de tolérance !