Ils n’en sont toujours pas remis !

imagesLes incidents du 3 avril dernier entre sympathisants de NATION et militants d’extrême-gauche en plein centre de Bruxelles, semblent avoir traumatisé ces derniers au point qu’ils ont multiplié les publications sur ce sujet depuis 10 jours ! Peut-être est-ce une sorte de thérapie ? 🙂

Ce qui est tout d’abord intéressant, c’est l’évolution de leur communication ! On est en effet passé du «  le fascisme n’est pas passé » au « bon, on les a quand même repoussé » pour en arriver à : « bon, on a bien pris mais c’est normal car les fachos sont hyper-organisés et protégés par la police ».

C’est en tous les cas, le sens général de l’abondant article publié par l’officine anti-identitaire Résistances.

Mais la lecture de celui-ci nous permet aussi de confirmer quelques-uns des constats que nous avions déjà faits concernant Résistances.

Cet article qui fait semblant d’être « exclusif » ressemble très fort à un autre article publié sur un blog intitulé « Antifa Bruxelles ». Blog qui assume ses liens avec l’extrême-gauche stalinienne. Il a d’ailleurs des liens vers un collectif intitulé « Classe contre classe » proche des anciens terroristes et assassins des Cellules Communistes Combattantes. Alors soit, Résistances les a plagié ou bien ce sont les mêmes qui ont écrit les deux et cela signifierait que les « bons démocrates » de Résistances ne seraient pas si démocrates que ça !

Confirmation n°1 : Résistances est bien une association très proche de la gauche la plus extrême !

Cet article n’est illustré que par des photos reprise de facebook ou de Télé Bruxelles…ce qui signifie que les rédacteurs de Résistances, très attachés à mettre un copyright à la moindre photo ( plus facile à faire avec une affiche immobile que dans une manif, il est vrai) n’étaient pas présents à une activité « antifasciste » qui semblait pourtant de premier plan !

Confirmation n°2 : les rédacteurs de Résistances ne militent contre l’extrême droite que confortablement assis devant leurs pc ou dans les salons « à la mode ». Jamais dans la réalité de la rue…

Cet article est rempli d’erreurs, d’approximations et d’amalgames. Il n’est alimenté que par des bribes d’infos reprises ici ou là sur facebook. Autre exemple de « source crédible », nous citons : « Selon Malika Naïma Nedjma, spécialiste de l’extrême droite active sur Facebook ». Voilà un bel exemple d’information recoupée : ce qu’en dit une personne dont on ne connaît que le surnom facebook et qui s’autoproclame « spécialiste ». Quelques autres exemples de la qualité de ce « travail d’enquête » :

  • erreur dans le nom d’une personne
  • évoquer des personnes dont ils ne connaissent que le pseudo facebook
  • affirmer qu’une personne était membre d’un groupe qui a disparu lorsque l’intéressé était âgé de 13 ans ( !), etc…

Confirmation n°3 : Les soi-disant spécialistes de Résistances ne sont que de mauvais flics du net, incapables de vérifier ni de recouper leurs informations.

Les photos de cet « article » sont transformées afin « d’éclairer » le texte de manière partiale. Ainsi, sur l’une de ces photos, on voit des militants de NATION en posture combattive… mais les rédacteurs ont soigneusement effacé la partie gauche de la photo où l’on voit que les gens de NATION faisaient face à un militant gauchiste armé d’un casque qu’il utilise comme objet contondant…Dans l’article, nulle part, il n’est stipulé que les gauchistes étaient au moins 150 et que les solidaristes de NATION étaient à peine à une vingtaine ! On oublie aussi de préciser dans ce texte (et de le montrer) que de nombreux extrémistes de gauche étaient cagoulés, masqués et se servaient de bouteilles et de casques comme armes.

Confirmation n°4 : Les gens de Résistances sont tout…sauf des journalistes !

Enfin, cet article délire sur la connivence entre la police et les militants solidaristes mais évite d’expliquer que si la police est intervenue fermement contre les gens de gauche, c’est car ceux-ci avaient violemment agressé des policiers en civil. Rappelons de plus que les forces de police se sont retirées pendant une demi-heure, laissant 150 gauchistes face à 20 militants de NATION. On peut logiquement se demander qui la police a essayé de favoriser…

Conclusion n°5 : Résistances reprend les arguments éculés de l’extrême-gauche à chaque fois qu’elle prend une dérouillée : c’est de la faute de la collusion « police-fascistes ».

Alors comme Résistances prend l’habitude d’annoncer de nouvelles révélations ; nous aussi, on vous annonce un prochain article sur qui se cache derrière la nébuleuse « antifa » à Bruxelles…

 NB : A l’annonce d’un futur article de Résistances, les gens de NATION nous demandent de transmettre leur bonjour à Sandra « gorge-profonde » (pas dans le sens érotique de la chose, quoique, mais bien comme surnom donné à certains informateurs). Ils disent que l’intéressée se reconnaîtra…

Vous pouvez trouver un rappel des faits et des photos illustrant l’agressivité gauchiste ici : https://antifaahahah.wordpress.com/2014/04/09/une-branlee-pour-des-branleurs/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :